samedi 21 septembre 2013

CRÉVELIER

La famille Crévelier part de Charroux à la fin du XVIIème siècle, et reste plutôt localisée dans les environs, entre Payroux et Confolens pour les deux branches principales. Son origine me reste inconnue, bien que j'ai relevé la présence de ce patronyme à Niort (deux d'entre la branche Niortaise sont reçus d'office dans l'Armorial d'Hozier).



§ Ier.

1. — Crévelier (Antoine), sieur du Portal, était l'époux de Magdeleine Pasquet, fille de Jean, sieur de la Broue, et de Marie Pontenier (voir l'article PONTENIER), qui fut probablement celle qui fut inhumée le 20 avril 1682 à Civray, à l'âge de 45 ans. Ils vivaient au village des Malepierres, à Charroux, au baptême de leur fils. De leur union, ils eurent au moins :
  1. Isaac, sieur du Portal, né vers 1668, garçon chirurgien chez le sieur Surreau, maître chirurgien, abjura le 28 mars 1685 à Civray ;
  2. André, qui suit ;
  3. Marie, baptisée le le 1er janvier 1673 à Civray ;
2.— Crévelier (André), sieur de Fontbrune, portait également le titre de sieur du Portal. Il fut baptisé le 31 mars 1669 à Civray, présenté par André Fricard, notaire à Civray, et de Catherine Pasquet. Il fut marchand et livreur d'étain, et qualifié de bourgeois lors de son inhumation le 11 septembre 1745 à Charroux. Il avait épousé, le 26 février 1691, audit lieu, Suzanne Chanteloube, née vers 1660 et inhumée le 21 mai 1700 à Charroux, fille de Jean et de Jeanne Lafaye (voir l'article CHANTELOUBE), puis, en secondes noces, le 25 juin 1700, Marie-Magdeleine Charpentier, née vers 1677 et inhumée le 19 avril 1739 à Charroux, fille de René et de Jeanne Delagrange. De ses deux lits, il eut :
  1. Jean, du premier lit, qui suit ;
  2. André, baptisé le 6 octobre 1694 à Charroux et inhumé le 2 décembre 1702 au même lieu ;
  3. Pierre, baptisé le 2 août 1697 à Charroux ;
  4. Alexandre, baptisé le 28 mars 1700 à Charroux ;
  5. Magdeleine, du second lit, baptisée le 13 juin 1701 à Charroux et inhumée le 31 mars 1748 au même lieu. Elle avait épousé, le 30 janvier 1721, à Charroux, André Brouillet, baptisé le 1er octobre  1697 et inhumé le 6 avril 1766, fils d'André et de Renée Marchadier (voir l'article BROUILLET) ;
  6. Louis, baptisé le 22 octobre 1703 à Charroux et inhumé le 10 octobre 1706 au même lieu ;
  7. Marguerite, baptisée le 30 juillet 1706 à Charroux et inhumée le 26 mai 1707 au même lieu ;
  8. Marie-Anne, baptisée le 28 mars 1708 à Charroux ;
  9. Catherine, baptisée le 13 août 1710 à Charroux et inhumée le 9 décembre 1792 au même lieu, qui avait épousé, le 12 juillet 1731, à Charroux, Mathieu Malapert, sieur des Effes, baptisé le 16 octobre 1708 à Charroux et inhumé le 17 novembre 1753, fils de Pierre, sieur du Mont, et de Suzanne Moricheau (voir l'article MALAPERT du Mont) ;
  10. Marie, baptisée le 8 mai 1718 à Charroux et inhumée ke 31 juillet 1776 au même lieu, qui avait épousé, le 27 juin 1741, à Charroux, François Chaumond, né vers 1714 et inhumé le 15 septembre 1783 à Charroux, fils de François et de Marie de Villette (voir l'article CHAUMOND) ;
3. — Crévelier (Jean), baptisé le 28 novembre 1691 à Charroux, épousa, le 18 mai 1718, à la Chapelle-Bâton, Marie Fradin, baptisée le 20 octobre 1703 à Civray et inhumée le 14 avril 1783 à Payroux, fille de Jacques et de Marie Lusson. De leur union, naquirent :
  1. Anne, baptisée le 10 novembre 1719 à la Chapelle-Bâton et décédée sans alliance le 14 juin 1795 ;
  2. Marie, baptisée le 15 septembre 1720 à la Chapelle-Bâton ;
  3. Jacques, baptisé le 19 janvier 1725 à la Chapelle-Bâton, qui épousa, le 30 juin 1750, à Alloue (Charente), Marie Barthélémy, baptisée le 10 mars 1714 en ce lieu. De leur union, naquit au moins :
    1. Marie, née vers 1750, qui épousa, le 10 août 1772, à Alloue, Léonard Benassis, originaire de Peyrat-du-Bellac (Haute-Vienne) ;
  4. André, qui suit ;
  5. Jeanne, née vers 1728 et inhumée le 28 novembre 1747 à Payroux ;
  6. Pierre, rapporté en § II. ;
  7. Françoise, née vers 1733 et inhumée le 10 février 1768 à Charroux, qui épousa, le 17 février 1767, à Charroux, François Maillochon ;
  8. Louise, baptisée le 5 avril 1735 à la Chapelle-Bâton et inhumée le 1er décembre 1745 à Payroux ;
  9. François, tourneur puis chaisier, baptisé le 12 mai 1737 à la Chapelle-Bâton et décédé le 26 mars 1817 à Saint-Clémentin (Civray), avait épousé, le 21 juin 1773, à Civray, Marie Olivier, dont il eut :
    1. Pierre, baptisé le 22 avril 1774 à Civray et inhumé le 27 août suivant au même lieu ;
    2. Magdeleine, baptisée le 14 septembre 1775 à Civray et décédée sans alliance le 15 janvier 1857 audit lieu ;
    3. Suzanne, baptisée le 14 avril 1779 à Civray et morte le 14 février 1851 audit lieu, avait épousé, le 10 octobre 1821, à Saint-Clémentin, Gabriel Bouteland, aubergiste à Rochefort, né le 26 juillet 1781 à Civray, fils de Pierre et de Magdeleine Bouteland et veuf de Julie Talbot  ;
    4. Marie-Magdeleine, lingère, baptisée le 20 août 1783 à Civray et décédée le 3 août 1840 audit lieu, qui épousa, le 28 avril 1813, au même lieu, Jacques Gabriel Bourgliaud, marchand, baptisé le 20 février 1785 à Civray, fils de Jacques et de Marie Baillargé ;
  10. Magdeleine, baptisée le 22 février 1739 à la Chapelle-Bâton et inhumée sans alliance le 15 octobre 1792 ;
  11. Suzanne, baptisée le 23 octobre 1741 à la Chapelle-Bâton ;
  12. une fille née sans vie le 3 mars 1744 à Payroux ;
  13. Marie-Anne, baptisée le 13 mars 1745 à Payroux, qui épousa, le 10 pluviôse de l'an VII, à Charroux, François Bonnin, né vers 1773, laboureur, fils de Louis et de Marie Delacelle ;
  14. une autre Marie-Anne, baptisée le 10 mai 1747 à Payroux et inhumée le 5 octobre de la même année ;
4. — Crévelier (André), baptisé le 26 septembre 1726 à la Chapelle-Bâton, fut tisserand à Confolens (Charente). Ce fut en cette paroisse qu'il épousa, le 16 juillet 1763, Anne Vergnaud, dont il eut :
  1. Jacques, qui suit ;
  2. Radégonde, née vers 1766 et inhumée vers 1789, qui épousa, le 12 janvier 1789, à Confolens, Simon Dupoirier ;
  3. André, baptisé le 12 novembre 1772 à Confolens, fut tisserand. Il épousa, le 30 germinal de l'an VIII, à Charroux, Anne Moricheau, baptisée le 28 octobre 1753 à Charroux et inhumée le 2 brumaire de l'an XI au même lieu. En secondes noces, il épousa, le 5 pluviôse de l'an V, à Charroux, Jeanne Machet, baptisée le 27 février 1777 à Charroux, fille de Jean et de Marie Moricheau. De son second lit, il eut :
    1. Jeanne, née le 8 ventôse de l'an XII à Charroux ;
    2. Louis, né le 26 nivôse de l'an XIII à Charroux ;
    3. Henri, né le 2 mars 1807 à Charroux ;
    4. Jeanne, née le 24 juin 1812 à Savigné ;
5. — Crévelier (Jacques), baptisé le 24 avril 1764 à Confolens, fut professeur de lettres. Membre de la convention, il fut député des Cinq-Cents, et député de l'an VIII à 1803. Il avait exercé, pendant la révolution, les charges d'administrateur du district de Confolens, puis du département. En tant que député suppléant à la Convention Nationale, il prit part au vote sur le jugement de Louis XVI, et se prononça en faveur de la mort sans appel ni sursis : "Les attentats du tyran, dit-il, voilà mes motifs. Je vote pour la mort, et l'exécution dans vingt-quatre heures". Sous-préfet de Confolens pendant les Cent-Jours, il s'exila à Arrau, en Suisse, suite à la loi du 12 janvier 1816, où il mourut le 9 février 1818 (d'après le site de l'Assemblée Nationale). Il avait épousé, le 12 septembre 1787, au même lieu, Françoise Raymond, inhumée le 26 octobre 1788, fille d'Antoine et de Marie Péricat. En secondes noces, il s'était marié, le 23 avril 1789, à Manot (Charente), à Catherine Loudun, fille de Vincent et de Catherine Parat. De ses unions, naquirent :
  1. André, du premier lit, baptisé le 16 juin 1788 et inhumé le 4 octobre 1790 ;
  2. Thérèse, du second lit, baptisée le 1er mars 1790 à Confolens et inhumée le 14 avril suivant ;
  3. Jean Diogène, qui suit ;
  4. Catherine, baptiséé le 12 février 1792 à Confolens, qui épousa, le 1er juillet 1819, au même lieu, Jean-Baptiste Redon ;
  5. Jean Sérazin, né le 5 mars 1796 à Confolens et décédé le 13 septembre 1799 audit lieu ;
6. — Crévelier (Jean Diogène), baptisé le 30 mars 1791 à Confolens, épousa, le 24 septembre 1818, à Ambernac (Charente), Marie-Radégonde Aimée Marchadier, née vers 1795, dont il eut :
  1. Jean-Jacques, qui suit ;
  2. Jean
    Marrot
  3. Jeanne Marie Amasie, née vers 1829 à Confolens et décédée le 2 décembre 1911 à Paris-5e, qui épousa, le 5 février 1851, à Confolens, Jean Marrot, né le 27 septembre 1821 à Fouqueure et décédé le 22 novembre 1893 à Angoulême. Celui-ci avait étudié le droit et fut inscrit au barreau d'Angoulême, dont il fut plusieurs fois son bâtonnier. Lancé dans la politique, du côté républicain, il fut nommé substitut du procureur de la république auprès du tribunal de la cour d'Assise de la Charente, de mars 1848 jusqu'à sa démission, en décembre 1851, et reprit sa charge d'avocat. En 1870, il fut nommé administrateur provisoire de la préfecture charentaise, puis devint son maire en juin 1871, jusqu'en février 1874. On le retrouva par la suite préfet de la Corrèze de janvier à mai 1877. Après plusieurs tentatives infructueuses, il fut élu député de la Charente le 21 août 1881, jusqu'en octobre 1885. Porté comme candidat au sénat, il échoua dans ces élections, et après son échec aux élections législatives de 1885, il retourna à son office d'avocat à Angoulême. Il avait été reçu Chevalier de la Légion d'Honneur au 30 juillet 1878, en raison de ses charges d'ancien député de la Corrèze et de membre du conseil général de la Charente (lieu vers le site de l'Assemblée Nationale) ;
  4. Hermine Marie Vigerie, née vers 1830 à Confolens, qui épousa, le 7 avril 1858, à Confolens, Auguste de Lavoy ;
7. — Crévelier (Jean-Jacques), naquit vers 1827 au Pignoux, à Hiesse. Après des études à Poitiers, il fit son droit à Paris et participa "fusil à la main" à la révolution de 1848. Proche d'Hippolyte Carnot, il était contre l'Empire et renonça de ce fait à la magistrature. Il s'installa à Angoulême comme avocat (tout comme son beau-frère Jean Marrot). Vers 1858, ses parents l'avaient décidé à acheter le greffe du tribunal de Confolens, qu'il revendit en 1878 pour être nommé juge d'instruction en ce siège en 1881. En 1890, il fut appelé au siège de Toulouse, puis fut nommé juge de paix à Amiens, et enfin à Bordeaux, où il mort en 1909. Il avait su employer ses temps de loisirs à étudier les sciences naturelles, la botanique notamment, ainsi que la géologie, la minéralogie et la zoologie. C'était surtout la botanique le passionnait plus que tout. "Il a composé un immense herbier aujourd'hui dispersé. La meilleure partie, comprenant toutes les plantes de la région de Confolens, a été donnée à la société scientifique du Limousin. Lorsque le président de cette Société, M. Legendre, a dressé le Catalogue des plantes du Limousin, il a dû, m'a-t-il dit, citer plus de 1.800 fois le nom de J. J Crévelier" (extrait d'Une belle figure Confolentaise, Jean-Jacques Crévelier, d'après les notes de son fils). Il avait épousé, le 20 février 1860, à Aussac-Vadalle (Charente), Marie-Hermine Athénaïs Nadaud, née vers 1840 à Mansle. De leur union, ils eurent :
  1. Cécile Jeanne Marie, née vers 1863 et morte le 29 avril 1884, avait épousé Jean-Amédée Gontier, sous-préfet à Confolens, né le 19 décembre 1846 à Rouillac et décédé le 25 septembre 1901 à Limoges, fils de Pierre et de Marie-Marcelline Couit. Il fit, pour la sépulture de sa femme, un monument des plus impressionnants, dont l'aspect en forme de dolmen supporte un sarcophage en pierre de Volvic, décoré de motifs végétaux et de quatre animaux fantastiques : il avait fait venir les pierres du village de Périssac, commune d'Esse (source Inventaire du Patrimoine du Poitou-Charentes) ;
  2. Auguste Jean-Jacques, qui suit ;
8. — Crévelier (Auguste Jean-Jacques), né le 30 juin 1868 à Confolens et mort le 14 mars 1930 à Limoges, était inspecteur académique et fut reçu Chevalier de la Légion d'Honneur le 16 avril 1925 par le ministère de l'instruction publique. Il fut l'auteur de plusieurs romans, publié chez Hachette dont :
  • "Le mouchoir du capitaine Villeneuve" (1925) ;
  • "Le secret de l'oncle Baptiste" (1927) ;
  • et "Les trois fiancées de Nicolas" (1927).
Il avait épousé, le 24 février 1906, à Misserghin (Algérie), Mathilde Marie-Anne Attley, née vers 1883 et morte en 1975 ;


§ II.

4. — Crévelier (Pierre), fils de Jean et de Marie Fradin, baptisé le 5 juin 1731 à la Chapelle-Bâton et décédé le 11 mars 1803 à Payroux, épousa tardivement, le 28 germinal de l'an VI, Marie Dauger, baptisée le 20 février 1772 au Vigeant et décédée le 26 décembre 1833 à Payroux. De leur union, naquirent :
  1. Jean, qui suit ;
  2. Marie, née le 18 brumaire de l'an X à Vitré, commune de Payroux. Domestique, elle épousa, le 24 janvier 1838, à Charroux, Pierre Robert, né le 13 décembre 1806 à Mauprévoir et décédé le 12 janvier 1860 à Charroux, fils de Jean et de Jeanne Dupont, et veuf de Marie Bégouin ;
5. — Crévelier (Jean), né le 23 pluviôse de l'an VII à Vitré, à Payroux, fut cultivateur, propriétaire et fermier. Il épousa, le 30 juin 1818, à Payroux, Antoinette Dupol, née le 30 fructidor de l'an IV à Saint-Romain, fille de Pierre et de Catherine de Goret. Elle mourut le 2 mai 1876 à Payré, son mari le 14 juin 1880 au même lieu, laissant :
  1. Jean, né le 12 novembre 1819 à Payroux et décédé le 10 décembre suivant ;
  2. Pierre, qui suit ;
  3. Louis, rapporté en § III. ;
  4. autre Jean, rapporté en § IV. ;
  5. Marie-Anne, née le 25 juin 1830 à Payroux ;
  6. Marie, née le 19 février 1833 à Payroux et décédée le 4 octobre 1898 à Blanzay, qui épousa, le 13 juin 1855, à Payroux, Louis Pautrot, né le 17 févrer 1825 à Sommières-du-Clain, fils de Louis et de Marie Prisset ;
6. — Créveiller (Pierre), né le 27 juillet 1821 à Payroux, fut colon, fermier et cultivateur, et mourut le 8 novembre 1888 audit lieu. Il avait épousé, le 19 janvier 1847, à Payroux, Catherine Delhoume, née le 12 février 1817 à Mauprévoir et décédée le 26 septembre 1867 à Payroux, fille de Pierre et de Marie Deschamps. Veuf, il épousa, en secondes noces, le 26 avril 1871 à Mauprévoir, Anne Néliat, née le 2 décembre 1839 en cette dernière commune. De son premier lit, naquirent :
  1. Marie-Anne, née le 18 janvier 1848 à Payroux et décédée le 21 octobre 1871 au même lieu, qui épousa, le 30 janvier 1866, toujours à Payroux, François Brugier, maçon, né le 18 janvier 1848 à Payroux et y étant décédé le 21 octobre 1871 ;
  2. Madeleine, couturière, née le 27 février 1850 à Payroux, qui y épousa, le 30 janvier 1866, François Lochon, chauffournier, né le 29 novembre 1841 à Payroux, fils d'Antoine et de Jeanne Martin (mes ancêtres) ;
  3. Catherine, née le 19 septembre 1852 à Payroux, sans doute décédée sous le nom de Javotte le 4 janvier 1859 à Payroux ;
  4. Louis Gabriel, né le 19 août 1855 à Usson-du-Poitou et décédé le 5 septembre 1856 audit lieu ;
  5. Théodule, née le 17 février 1858 à Payroux et décédée le 14 janvier 1859 au même lieu ;

§ III.

6. — Crévelier (Louis), fils de Jean et d'Antoinette Dupol (5ème degré, § II.), né le 23 janvier 1825 à Payroux et décédé le 15 janvier 1874 à Château-Garnier, épousa, le 13 juin 1854, à Payroux, Jeanne Bellaud, née le 12 avril 1835 à la Chapelle-Bâton, fille de Claude et de Marie Simonet. De leur union, naquirent :
  1. Marie, née le 13 juillet 1855 à Payroux, qui épousa, le 25 novembre 1874, à Château-Garnier, Jean-Baptiste Bled, né le 15 août 1850 à Saint-Romain, fils de Pierre et de Marie-Anne Coquillaud ;
  2. Marie, née le 8 juin 1858 à Payroux et décédée le 29 juillet 1859 au même lieu ;
  3. Jean, né le 28 mars 1861 à Payroux et décédé le 29 mars 1861 au même lieu ;
  4. Jean, né le 24 décembre 1862 à Payroux ;
  5. Julien, né vers 1866 et décédé le 28 février 1866 à Payroux ;
  6. Juliette, née le 15 juillet 1868 à Château-Garnier, qui eut, hors mariage :
    1. Louis, né le 21 avril 1891 à Payroux et mort le 28 mai suivant audit lieu ;

§ IV.

6. — Crévelier (Jean), fils de Jean et d'Antoinette Dupol (5ème degré, § II.), né le 18 novembre 1827 à Payroux et décédé le 7 novembre 1888 au même lieu, épousa, le 14 juillet 1852 à Payroux, Magdeleine Nadeau, née le 11 juin 1825 à Saint-Secondin, fille de Marie-Anne Nadeau, dont il eut :
  1. Jean, qui suit ;
  2. Marie, née le 4 janvier 1855 à Payroux et décédée le 12 janvier 1859 au même lieu ;
  3. Marie-Anne, née le 30 août 1857 à Payroux et décédée le 10 janvier 1859 au même lieu ;
  4. Pierre, né le 19 décembre 1859 à Payroux et décédé le 26 juin 1860 au même lieu ;
  5. Louise, née le 26 décembre 1861 à Payroux, qui épousa, le 20 novembre 1880, au même lieu, François Lochon, né le 10 septembre 1853 au même lieu, fils de Jean et de Marie Neveux ;
  6. Louis, né le 1er avril 1865 à Payroux et mort le 22 juin 1867 au même lieu ;
7. — Crévelier (Jean)né le 18 août 1853 à Payroux, qui épousa, le 12 février 1878, à Payroux, Françoise Martin, née le 16 octobre 1857 à Payroux, fille de Jean et de Marie-Anne Deschamps, dont il eut :
  1. Louise Théonie, née le 5 février 1880 à Payroux ;
  2. Marguerite, née le 13 septembre 1881 à Payroux et décédée le 9 mars 1949 à Savigné, qui épousa, le 24 novembre 1903, à Payroux, Antoine Aucher, cultivateur, né le 10 mars 1879 à Mauprévoir, fils d'Antoine et d'Anne Colin ;
  3. Marie-Florine, née le 6 août 1886 à Payroux, épousa, le 12 janvier 1910, audit lieu, Louis Lafond, cultivateur, né le 18 novembre 1879 à Mauprévoir, fils de Jean et de Marie Lelong ;






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire