vendredi 20 septembre 2013

BROUILLET

Famille de Charroux, qui a donné plusieurs notaires et chercheurs.



§ Ier.

1. — Brouillet (N.), eut :
  1. Jean, qui suit ;
  2. N., rapporté en § V. ;
2. — Brouillet (Jean), né vers 1613 et inhumé le 12 juillet 1693 à Charroux, dont les héritiers se partagèrent la succession devant Doridan, notaire à Charroux, le 12 septembre 1693. Il avait épousé Marie Delafond, dont il eut :
  1. Jean, qui suit ;
  2. André, rapporté en § II. ;
  3. Marie, née vers 1657 et inhumée le 20 septembre 1732 à la Chapelle-Bâton, avait épousé 1°) le 21 février 1685 à la Chapelle-Bâton, Vincent Thomas, puis 2°) Pierre Delafond, marchand à Clerfeuille, paroisse de Charroux en 1693 ;
  4. Françoise, baptisée le 16 février 1659 à Charroux, avait épousé, le 31 juillet 1684, à Asnois, François Persil, laboureur au village du Chasteau, paroisse d'Asnois en 1693 ;
3. — Brouillet (Jean), né ves 1647 et inhumé le 2 mars 1687 à la Chapelle-Bâton, avait épousé 1°) Jeanne Thomas, inhumée en octobre 1684 à la Chapelle-Bâton, fille de Jean et de Marie Texier, puis 2°) le 23 juillet 1685, audit lieu, Marie Gayet, en présence d'André Brouillet, son frère, et de Gabriel Brouillet, cousin et beau-frère. De son premier lit, il eut :
  1. Antoine, qui suit ;
  2. Marie ;
  3. Renée ;
4. — Brouillet (Antoine), né vers 1684 et inhumé le 6 avril 1712 à la Chapelle-Bâton, avait épousé, le 12 février 1712, audit lieu, Françoise Lambert. De son mariage, il eut :
  1. Marie, baptisé le 20 décembre 1703 à la Chapelle-Bâton ;
  2. Renée, baptisée le 19 avril 1706 à la Chapelle-Bâton et inhumée le 18 septembre 1743 audit lieu ;
  3. Anne, mariée, le 30 janvier 1736, à la Chapelle-Bâton, à Étienne Vallade, fils de François et de Françoise Delagarde ;

§ II.

3. — Brouillet (André), fils puîné de Jean et de Marie Delafond (2ème degré, § Ier.), marchand à Clerfeuille, paroisse de Charroux en 1693, naquit vers 1653 et fut inhumé le 21 octobre 1719 à Charroux. Il avait épousé, en premières noces, Renée Thomas, puis le 2 juillet 1696, à Charroux, Renée Marchadier, née vers 1658 et inhumée le 7 mars 1713 à Charroux, d'où :
  1. Jean, du premier lit, baptisé le 5 août 1675 à Charroux ;
  2. André, inhumé le 16 février 1679 à Charroux à l'âge de 10 jours ;
  3. Antoinette, baptisée le 10 février 1684 à Charroux ;
  4. Antoine, qui suit ;
  5. André, du second lit, rapporté en § III. ;
  6. Charlotte, baptisée le 25 août 1700 à Charroux ;
4. — Brouillet (Antoine)baptisé le 22 janvier 1686 à Charroux et inhumé le 6 février 1748 au même lieu, avait épousé, le 19 janvier 1712, à Charroux, Marguerite Bénéteau, née vers 1689 et inhumée le 3 octobre 1749 à Charroux. De leur union, ils eurent :
  1. André, baptisé le 25 novembre 1715 à Charroux et inhumé le 1er décembre suivant au même lieu ;
  2. Pierre, baptisé le 28 octobre 1716 à Charroux et inhumé le 18avril 1775 à la Chapelle-Bâton, avait épousé, le 1er février à Charroux, Anne Trallebout, fille de Michel et de Marie Touron. De leur union, ils eurent :
    1. Marguerite, baptisée le 20 octobre 1740 à Charroux ;
    2. Pierre, baptisé le 23 août 1743 à Charroux ;
    3. Anne, baptisée le 20 avril 1747 à Charroux ;
  3. André, baptisé le 7 septembre 1719 à Charroux ;
  4. Antoine, qui suit ;
  5. N., inhumé le 8 septembre 1718 à Charroux ;
  6. Jeanne, épousa, le 28 juillet 1734, à Charroux, François Brun ;
5. — Brouillet (Antoine), baptisé le 16 décembre 1722 à Charroux, avait épousé, le 5 février 1742, à Châtain, Jeanne Maupéou. De leur union, ils eurent :
  1. Marie, baptisée le 2 décembre 1742 à la Chapelle-Bâton ;
  2. Pierre, baptisé le 20 décembre 1744 à la Chapelle-Bâton ;
  3. Louis, baptisé le 9 septembre 1747 à la Chapelle-Bâton, épousa, le 27 septembre 1784, à Charroux, Marie Simonnet, fille d'Antoine et de Magdeleine Morisset. De leur union, naquirent :
    1. Pierre, baptisé le 7 septembre 1785 à Charroux ;
    2. Charles-Marc, baptisé le 24 avril 1792 à Charroux ;

§ III.

4. — Brouillet (André), fils d'André et de sa seconde femme (3ème degré, § II.), baptisé le 1er octobre 1697 à Charroux et inhumé le 6 avril 1766 au même lieu, y avait épousé, le 30 janvier 1721, Madeleine Crévelier, fille d'André et de Marie-Magdeleine Charpentier (voir l'article CRÉVELIER). De leur union, ils eurent :
  1. André, qui suit ;
5. — Brouillet (André), baptisé le 1er novembre 1725 à Charroux et décédé le 23 mai 1806 audit lieu, avait épousé, le 18 novembre 1755, à Épénède, Antoinette Parat, née vers 1723 et décédée le 29 avril 1808 à Charroux. De leur union, ils eurent :
  1. François-André, qui suit ;
  2. Marie-Anne, décédée le 27 janvier 1831 à Charroux, avait épousé, le 1er juillet 1777, à Charroux, Jean-Louis Papaud, sieur de Tézier, notaire à Charroux, né vers 1743 et décédé le 16 juillet 1820 à Charroux, fils de Louis et de Marie Gabirot ;
  3. Marie-Julie, baptisée le 29 septembre 1764 à Charroux, fut mariée le 27 novembre 1787 à Charroux, Louis François Bourdier, sieur de Fayolle, fils de François et de Marie-Anne Machet (voir les articles BOURDIER et MACHET) ;
6. — Brouillet (François-André), né vers 1760 et décédé le 21 janvier 1830 à Charroux, fut arpenteur et géomètre. Il avait épousé, le 27 novembre 1787, à Charroux, Modeste Bertille Bourdier, fille de François et de Marie-Anne Machet. De leur union, ils eurent :
  1. André François, qui suit ;
  2. Pauline Antoinette, baptisée le 20 février 1790 à Charroux et inhumée le 19 décembre suivant au même lieu ;
  3. Louis Célestin, baptisé le 20 mars 1792 à Charroux et inhumé le 19 décembre 1792 audit lieu ;
  4. Henriette Eugénie, née le 18 mars 1794 à Charroux ;
  5. Louise Théolande, née le 3 thermidor de l'an III à Charroux, épousa, le 28 février 1817, Michel Flavien Papaud, capitaine d'infanterie en retraite, fils de Jean-Louis et de Marie-Anne Brouillet (voir plus haut) ;
  6. Pierre Aristide, né le 1er germinal de l'an VI à CHarroux et décédé le 4 décembre 1865 au même lieu ;
7. — Brouillet (André François), notaire à Châtain, fut baptisé le 22 septembre 1788 à Charroux. Il avait épousé, le 12 février 1822, à Charroux, Marie-Anne Virginie Malapert-Dumont, fille de François Malapert, sieur du Mont, greffier de justice, et de Marguerite Papaud (voir l'article MALAPERT du Mont). De leur union, ils eurent :
  1. François André Ernest, qui suit ;
  2. Pierre Amédée, rapporté en § IV. ;
  3. Marie-Anne Mélanie, née le 2 juillet 1829 à Charroux ;
8. — Brouillet (François André Ernest), né le 5 décembre 1822 à Charroux, fut notaire et conseiller général de la Vienne. Grand chercheur de son temps, il fut le premier à fouiller scientifiquement les grottes des environs de Civray et de Charroux (dont notamment les grottes de Chaffaud, à Savigné). Il avait épousé, le 30 avril 1855, à Saint-Savin (Vienne), Célestine Genet, originaire d'Angles-sur-l'Anglin (Vienne), fille de Sylvain et de Geneviève Crocq. De leur union, ils eurent :
  1. André François Roland, qui suit ;
  2. René Vincent, né le 24 février 1859 à Charroux et décédé le 31 décembre 1941 à Neuilly-sur-Seine, fut chef du service de l'Algérie au ministère de l'Intérieur, et ce fut en cette qualité qu'il reçut le titre de Chevalier de la Légion d'Honneur en 1897 ;
  3. Marie-Jeanne Blanche, née le 21 avril 1860 à Charroux ;
9. — Brouillet (André François Roland), naquit le 25 janvier 1857 à Charroux et épousa, le 28 décembre 1898, à Poitiers, Marguerite Marie-Thérèse Parcé, originaire d'Uzeste (Gironde). De leur union, ils eurent :
  1. Jeanne, née le 17 juillet 1900 à Charroux, épousa, le 30 juillet 1923, audit lieu, André René Nivault, notaire ;

§ IV.

8. — Brouillet (Pierre-Amédée), fils puîné d'André François et de Marie-Anne Virginie Malapert-Dumont, naquit le 7 septembre 1826 à Charroux. Il fut directeur de l'école de dessin et d'architecture  de Poitiers, puis conservateur du musée de la ville. Il publia de nombreux ouvrages sur les recherches archéologiques et historiques que lui-même et son père avaient mené dans les environs de Civray. Il avait épousé, le 18 septembre 1849, à Gouex, Marie Geneviève Élisabeth Lériget, fille d'Armand Samuel, propriétaire et résidant du château de Larnay, à Vouneuil-sous-Biard, et d'Élisabeth Blanchon-Lasserve. De leur union, ils eurent :
  1. André Marc Antoine Samuel Fernand Anatole Raphaël Aimé, né le 25 juillet 1850 à Charroux ;
  2. Marie-Virginie Marguerite Élisabeth Fanny, née le 24 juillet 1851 à Angoulême, épousa, le 30 décembre 1882, à Poitiers, Louis Édouard Joseph Boulanger, alors adjudant au 10ème régiment d'artillerie en garnison à Rennes ;
  3. Pierre Aristide André, qui suit ;
  4. Marie-Anne Marguerite, née le 10 mars 1862 à Poitiers, épousa, le 10 août 1892, en cette ville, Jules Louis Richard, vice-président de France en Amam et en Toukin ;
André Brouillet
(Wikipedia)
9. — Brouillet (Pierre-Aristide André), naquit le 3 septembre 1857 à Charroux. D'après son article sur Wikipedia, il entra à l'École des Beaux-Arts où il fut l'élève de Jean-Léon Gérôme, puis suivit les cours de Jean-Paul Laurens, durant l'année de sa réception en 1879. Il récolta de multiples récompenses en expositions et reçut de nombreuses commandes publiques. Son oeuvre la plus célèbre reste Une leçon clinique à la Salpêtrière (1887), qui représente le neurologue Jean-Martin Charcot examinant une patiente hystérique, devant un collègue de ses élèves et collaborateurs (dont le poitevin Gilles de la Tourette). Il s'adonna à la peinture orientale, suite à sa découverte de la réalité algérienne, où il se maria. Il eut également l'occasion de découvrir la Grèce, où il fit le portrait de la reine Olga de Grèce. Il fut élevé au titre de Chevalier de la Légion d'Honneur en 1894, puis à celui d'Officier en 1906. Alors qu'il portait secours à un convoi de réfugiés belges, il fut frappé de congestion et mourut le 5 décembre 1914 à Couhé.


§ V.

2. — Brouillet (N.), eut :
  1. Gabriel, qui suit ;
  2. Marie, avait épousé, le 21 février 1685, à la Chapelle-Bâton, Vincent Thomas ;
  3. Jeanne, avait épousé, le 8 février 1677, à Charroux, Étienne Quincarlet, maître charron à Romagne, et été décédée avant le 12 juillet 1683, date du remariage de son veuf à Romagne avec Joachime Robert ;
3. — Brouillet (Gabriel)marchand à la Bernardrie de la Chapelle-Bâton en 1693, avait épousé, le 21 février 1685, à la Chapelle-Bâton, Marie Thomas, inhumée le 13 mars 1690 audit lieu, dont il eut :
  1. Marie, née vers 1685 et inhumée le 9 décembre 1716 à Saint-Romain, avait épousé, le 17 février 1703, à Saint-Romain, André Mesmeteau, fils de Gabriel et de Magdeleine Geay ;
  2. Jeanne, baptisée le 26 mars 1685 à la Chapelle-Bâton ;
  3. Renée, baptisée le 20 décembre 1689 à la Chapelle-Bâton ;






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire