lundi 16 septembre 2013

LEBLOIS

Famille marchande originaire de Poitiers. Les branches mises à jour ne sont pas reliées entre elles.



Individus isolés

Leblois (Marie), veuve de Pierre Savarry, écuyer, sieur de ..., fut incrite d'office dans l'Armorial d'Hozier.

Leblois (Joseph), épousa Catherine Hucher, dont il eut :
  1. Magdeleine, veuve du nommé Soulard, épousa, le 17 janvier 1702, à Saint-Jean-l'Évangéliste (Montierneuf) de Poitiers, Joseph Salé, garçon cardeur, fils de feu Jean Salé, journalier, et de Mathurine Renault, en présence de Catherine Hucher, mère de l'épouse ;
  2. Marguerite, baptisée le 7 octobre 1680 à Leugny, épousa, le 24 septembre 1703, à Saint-Germain de Poitiers, René Bernier, fils de 1684, fils de Charles, journalier, et de Catherine Berthonneau ;
Leblois (Pierre), maître de danse, épousa Françoise Propret, d'où :
  1. Rémi, baptisé en juin 1700 à Saint-Didier de Poitiers ;



§ Ier.

1. — Leblois (François), épousa Marie Gouin, dont il eut 
  1. Emery, qui suit ;
2. — Leblois (Emery), épousa, le 15 janvier 1690, à Saint-Porchaire de Poitiers, Jeanne Cothereau, fille de feu Jean et de Catherine Jeanneau (voir l'article JANNEAU), dont il eut :
  1. Michel, baptisé le 15 novembre 1690 à Saint-Porchaire de Poitiers ;
  2. Antoine Joseph, inhumé le 5 mai 1692 à Saint-Porchaire de Poitiers et inhumé le 7 juillet 1743 à Curzay-sur-Vonne, fut curé de cette paroisse de 1719 à sa mort ;
  3. Marie, baptisée le 6 mai 1693 à Saint-Porchaire de Poitiers et inhumée le 2 janvier 1763 à Sanxay, épousa, le 16 janvier 1725, à Curzay-sur-Vonne, Louis Péraudeau, huissier, né vers 1701 et inhumé le 22 décembre 1766 à Sanzay ;
  4. Pierre, qui suit ;
3. — Leblois (Pierre)épousa, le 26 février 1726, à Montreuil-Bonnin, Marie-Jeanne Forget, dont il eut :
  1. Joseph, baptisé le 6 avril 1727 à Curzay-sur-Vonne ;
  2. Jeanne, qui épousa, le 11 novembre 1766, à Sanzay, François Bernardeau ;



§ II.

1. — Leblois (Pierre), marchand cirier, épousa, le 30 janvier 1720, à Saint-Michel de Poitiers, Jeanne Perron, née vers 1701 et inhumée le 31 août 1774 à Sainte-Austragésile de Poitiers, en présence de René, son fils, et du sieur Leblois, son petit-fils. De leur union, naquirent :
  1. Pierre Michel Urbain, né le 25 mai 1723 et baptisé le même jour à Sainte-Austragésile de Poitiers, était probablement celui qui fut inhumé le 26 août 1727 à Saint-Michel de Poitiers à l'âge de 4 ans ;
  2. Joseph, qui suit ;
  3. René, baptisé le 20 juin 1729 à Saint-Michel de Poitiers, chanoine de l'église de Poitiers, passa plusieurs actes comme député du chapitre de la dite église ;
  4. Marie-Thérèse, baptisée le 5 mai 1732 à Saint-Michel de Poitiers ;
2. — Leblois (Joseph), avocat en Parlement, baptisé le 17 juin 1727 à Sainte-Austragésile de Poitiers et inhumé le 19 octobre 1782 à Javarzay, fut par la suite lieutenant, juge, assesseur civil et criminel, de police et gruerie du marquisat de Chef-Boutonne, à partir de 1761. Il faisait, le 25 juillet 1758, une déclaration à Jacques Houel, curé de Lussay, reçue par Prieur, notaire à Chef-Boutonne et était reçu, le 15 avril 1774, juge sénéchal de la seigneurie de Tillou, puis, le 24 avril de la même année, juge sénéchal civil et criminel de la châtellenie de Couture-d'Argenson. Le 4 décembre 1779, il était reçu juge sénéchal civil et criminel et de police de châtellenie de Tillou, puis, le 10 mars 1778, juge sénéchal de Mairé-Lévescault. Il avait épousé, le 20 janvier 1755, à Javarzay, Jeanne Charlotte Élisabeth Desmaret, baptisée le 13 novembre 1723 à Javarzay et inhumée le 1er octobre 1775 audit lieu, fille de Pierre, notaire et procureur du marquisat de Chef-Boutonne, et d'Élisabeth Massiot. De leur union, ils eurent :
  1. Michel-Joseph, qui suit ;
  2. Marie-Anne Thérèse, baptisée le 9 juillet 1757 à Javarzay et inhumée le 29 dudit mois au même lieu ;
  3. Françoise, née vers 1758 et inhumée le 3 décembre 1761 à Javarzay ;
  4. Marie, née vers 1759 et inhumée le même jour que sa soeur le 3 décembre 1761 à Javarzay ;
  5. Jean Joseph, receveur des contributions directes, baptisé le 18 mars 1761 à Javazay et décédé le 7 février 1809 à Chef-Boutonne, avait épousé, le 13 septembre 1785, sa cousine Marie-Élisabeth Desmarest, baptisée le 7 juin 1759 à Javarzay et décédée le 22 octobre 1805 au même lieu, fille de Pierre, notaire, et de Marie Viollet. De leur union, ils eurent a) Magdeleine Élisabeth, baptisée le 17 mars 1787 à Sainte-Austragésile de Poitiers, en présence de René Leblois, chanoine de l'église de Poitiers, oncle et parrain ; b) Marie Mélanie, baptisée le 11 septembre 1788 à Sainte-Austragésile de Poitiers, en présence d'Antoine Alexis Pressac, représentant Joseph Pierre Desmarest, négociant à Fontenay, parrain, et de Marie-Anne Julie Pressac, épouse Leblois, marraine ; c)  Pierre-Joseph, baptisé le 15 avril 1791 à Javarzay ;
  6. Jean-Baptiste, baptisé le 2 mai 1765 à Javarzay ;
3. — Leblois (Michel-Joseph), avocat en Parlement, puis juge assesseur du marquisat de Chef-Boutonne, baptisé le 29 juin 1756 à Javarzay et décédé le 12 décembre 1825 à Vitré.  Il fut reçu le 7 décembre 1782, par lettres patentes de provisions, juge sénéchal de Tillou, puis, le 30 dudit mois, sénéchal de Mairé-Lévescault et de Tillou. Le 17 janvier 1786, il fut nommé juge sénéchal du marquisat de Crugy-Marcillac (voir l'article CRUGY-MARCILLAC). Le 3 avril 1787, il était juge sénéchal de la châtellenie de Villemain, terre et seigneurie de Lussy, lorsqu'il faisait l'inventaire des titres de la cure de Lussay, puis, en 1789, faisait parti des délégués de Chef-Boutonne pour nommer les députés du Tiers-État. Le 25 octobre 1790, il était élu président du tribunal du district de Melle et le 25 thermidor de l'an II (12 août 1794), était élu accusateur public lors du renouvellement du tribunal révolutionnaire de la Vienne. Le 24 vendémiaire de l'an IV (15 octobre 1795), il fut élu accusateur public du département des Deux-Sèvres, et réélu le 24 germinal de l'an VI (13 avril 1798). Par lettres patentes du 14 février 1810, il était reçu Chevalier de l'Empire et de la Légion d'Honneur et portait « d'azur au coq d'or, crêté, barbé et membré d'argent, à la champagne de fueules, chargée du signe des chevaliers légionnaires », puis, par confirmation de 1815 « de gueules à la balance d'or, au chef d'azur chargé d'une épée d'argent posée en pal ». Il finit sa carrière comme conseiller municipal de Niort de 1801 à 1809. Il avait épousé, le 9 avril 1782, à Javarzay, Marie-Anne Julie Pressac, fille de Jean-Alexis et de Jeanne Nebout (voir l'article PRESSAC), d'où :
  1. René Marie Joseph, qui suit ;
  2. Marie-Anne Joséphine, baptisée le 23 février 1787 à Chef-Boutonne, épousa, le 2 pluviôse de l'an XIII (22 janvier 1805), à Niort, Ange Achille Charles Brunet, Comte de Neuilly, chevalier de Saint-Louis et de la Légion d'Honneur, inspecteur des droits remis, baptisé le 16 septembre 1777 à Versailles, fils de Jean-François et de Marie-Catherine Rosalie Beauchamp ;
  3. Alexandrine Françoise, épousa, le 7 octobre 1813, à Niort, Théodore Pressac des Planches, fils de Jean-Jacques Louis, sieur des Planches, et de Jeanne Suzanne Drouhault (voir l'article PRESSAC) ;
4. — Leblois (René-Marie-Joseph)baptisé le 15 juillet 1783 à Javarzay en présence de Jean-Joseph Belisle, représentant René Leblois, chanoine de l'église de Poitiers, parrain. Il fut, en 1836, capitaine de cavalerie et lieutenant colonel de la garde nationale de Niort. Il avait épousé Élisabeth Véronique Amélie Zoé Devezeau, fille de Jean et de Madeleine Dupont, et il partageait avec ses co-héritiers, le 15 septembre 1837, la succession de Madeleine Dupont. Joseph Leblois, eut, pour la part de son fils, le domaine de Villermat (Baussais). Il mourut le 6 décembre 1854 à Niort, ayant eu :
  1. Jean-Jules, qui suit ;
5. — Leblois (Jean-Jules), avocat à Niort, né le 12 mai 1820 audit lieu, épousa, le 5 mai 1852, Palmyre Brelay, et mourut à Niort le 2 juillet 1881. Il avait eu :
  1. René-Michel, qui suit ;
6. — Leblois (René-Michel), né le 21 février 1853 à Niort, était, en 1881, expéditionnaire à la banque de France à la Rochelle. Il est décédé célibataire, laissant sa mère héritière pour une moitié de ses biens.



Sources :
  • Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, Beauchet-Filleau, tome 5, p. 718 à 720 ;

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire