jeudi 20 juin 2013

GILBERT du Deffant

Famille originaire des environs de Chef-Boutonne (Deux-Sèvres), qui, après avoir compté parmi ses membres plusieurs sénéchaux, et de nombreux jurisconsultes, est tombée en quenouille à la fin du XIXe siècle.



Gilbert (Jean), sieur des Outres, fut parrain à Chef-Boutonne le 7 février 1686.



§ Ier. branche du Deffant

1. — Gilbert (Pierre), notaire et procureur royal à Melle dès 1622, se maria trois fois : 1°) à Anne Auguis, puis 2°) à N., et enfin 3°) à Marie Brun. Il eut :

Hélie, du premier lit, qui suit ;
  1. Pierre, greffier de Melle en 1629, puis notaire royal audit lieu en 1645, mourut probablement sans alliance ;
  2. Jean, sieur des Oustres, parrain à Javarzay le 8 février 1686 ;
  3. Marie, épousa Moïse Pairaud, notaire royal à Melle, dont elle était veuve le 2 août 1683, date de l'achat d'un bois taillis au Bassiou (Saint-Martin-lès-Melle et Saint-Romans-les-Melle) ;
  4. Louis, du second lit, seigneur de la Mouline (Celles), commissaire enquêteur et examinateur au siège royal de Melle en 1682, puis conseiller du roi et maire perpétuel de ladit ville, subdélégué du Poitou en 1709. Il épousa, le 12 avril 1692, Louise-Anne de Lacour, dont il eut au moins :
    1. Élisabeth, née vers 1698 et décédée sans alliance le 13 septembre 1772 ;
  5. Abraham, rapporté § II. ;
  6. Marthe, qui assista au mariage de Pierre Dupuy et Julie Raveau le 31 juillet 1690 à Javarzay ;
  7. une autre Marie, qui épousa, Nicolas Patraud, notaire royal à Melle, puis, le 4 juin 1691, Jean-Baptiste de Bonneval, inspecteur des manufactures du Poitou et de l'Aunis ;
  8. Judith, épousa, le 24 octobre 1691, à Saint-Cybard de Poitiers, Pierre Lévesque, sieur de Lisleau ;
2. — Gilbert (Hélie), avocat en Parlement, fut nommé juge sénéchal de la baronnie de Chef-Boutonne le 29 décembre 1637 par François de Roye de la Rochefoucault, comte de Roucy et baron de Chef-Boutonne. Il épousa, vers 1640, Marie Collin, fille de Dominique, conseiller du roi, élu en l'élection de Niort, et d'Anne Nau, dame de la Blanchardière, née vers 1618 et inhumé le 9 septembre 1681 à Chef-Boutonne, en présence de Pierre Gilbert, avocat, son fils, et de César Choisy, son gendre. Il était décédé avant le 9 mars 1665, ayant eu pour enfants, cités dans le testament de leur aïeul Pierre Gilbert :
  1. Anne, baptisée le 5 mai 1644 au temple de Chef-Boutonne, épousa, le 15 janvier 1682, au temple de Melle, à Jean Patraud, avocat à Melle, puis, avant le 8 janvier 1709, Pierre Poisson, écuyer, seigneur de Lavaux et de Boisjoly ;
  2. Marie, baptisée en même temps que sa soeur Anne au temple de Chef-Boutonne, épousa, au même lieu, le 13 octobre 1677, César de Choisy, capitaine du château de Chef-Boutonne, fils de Gédéon, lieutenant au bailliage et comté de Roucy, et de Marie Lambert, et y fut inhumé le 13 janvier 1680 à l'âge de 36 ans, en présence de Pierre Gilbrt, avocat, son frère ;
  3. Charles, baptisé le 13 octobre 1645 au temple de Chef-Boutonne, eut pour parrain Frédéric de Roye de la Rochefoucault ;
  4. Pierre, quis tui ;
  5. Gabrielle, née le 14 décembre 1647 et baptisée le 22 dudit mois ;
  6. autre Anne, née le 17 novembre 1648 et baptisée le 3 décembre suivant ;
  7. Hélie, né le 9 avril 1650 et baptisé le 21 dudit mois ;
  8. Henri, né et baptisé le 2 avril 1652, eut pour parrain Henri de Roye de la Rochefoucault ;
  9. Esther, née le 17 avril 1653 et baptisée le 24 dudit mois, assista au mariage de sa soeur Anne ;
  10. Judith, née le 9 avril 1654 et baptisée le 10 mai suivant. Elle abjure à Saint-Pierre de Melle le 8 janvier 1674, et, veuve de Pierre Brunet, épousa le 22 dudit mois, Jacques David, en présence de son frère Pierre ;
  11. autre Pierre, né le 9 octobre 1655 et baptisé le 31 dudit mois ;
  12. Suzanne, née le 29 septembre 1656 et baptisée le 22 octobre suivant, assista au mariage de sa soeur Anne ;
  13. Auguste, seigneur de l'Orberie (l'Enclave, Deux-Sèvres), né le 23 avril 1657 et baptisé le 11 mai suivant, fut parrain à Javarzay de son neveu Pierre Gilbert, le 14 février 1686. Il dut mourir sans postérité, avant le 19 novembre 1706, date à laquelle son neveu Charles prit le titre de seigneur de l'Orberie ;
  14. Marthe, née le 14 septembre 1658 et baptisée le 16 dudit mois ;
  15. Jean-Balthazard, né le 1er juillet 1661 et baptisé le 17 dudit mois ;
3. — Gilbert (Pierre), né le 11 et baptisé au temple de Chef-Boutonne le 22 décembre 1646, fut avocat au siège royal de Melle et nommé juge sénéchal et lieutenant criminel de Chef-Boutonne, Jarvazay et Melle le 13 avril 1687. Il avait assisté au mariage de ses soeurs Judith et Anne et épousa au temple de Chef-Boutonne, le 10 mai 1685, Marguerite Massiot, fille d'Hélie et de Madeleine Dupont, en présence de son frère Auguste et de son beau-frère César de Choisy. Sa femme abjura la religion prétendue réformée le 10 janvier 1686 à Javarzay et lui, abjura le protestantisme avant le 24 mai 1687, comme le prouve une enquête signée Chollet, prêtre curé de Javarzay, constatant qu'il fait son devoir de bon catholique, et décéda avant le 12 mars 1699, date à laquelle sa veuve se remaria à Abraham Matard, seigneur de Gourville, lieutenant de cavalerie au régiment de Clermont, après avoir été inscrite d'office dans l'Armorial d'Hozier, portant « d'or à la bande cannelée d'azur ». Il laissait plusieurs enfants qui furent :
  1. Pierre, qui suit ;
  2. Françoise, baptisée le 18 mai 1687 à Javarzay, et mariée le 8 janvier 1709 au même lieu, à Jacques Tesnon, seigneur de la Ronze ;
  3. Marie, baptisée le 7 octobre 1688 à Javarzay ;
  4. Julie, baptisée le 11 décembre 1689 à Javarzay ;
  5. François, baptisé le 24 avril 1691 à Javarzay et inhumé le 4 novembre 1695 au même lieu ;
  6. Élisabeth, baptisée le 5 avril 1692 à Javarzay ;
  7. Charles, sieur de l'Orberie, reçut des lettres de bénéfice d'âge qui furent entérinées le 19 novembre 1709. Il épousa Marie Robert, fille d'Alexandre, notaire royal à Civray, et de Françoise Petit (voir les articles ROBERT et PETIT de Savigné), dont il eut au moins :
    1. Françoise, baptisée le 7 octobre 1715 à Ardilleux et décédée le 8 floréal de l'an IX (28 avril 1801) à Civray, épousa, le 12 septembre 1744, à Savigné, Jacques Imbert, baptisé le 18 août 1710 au même lieu, et inhumé le 28 mai 1780 à Civray, fils de Jacques, sieur de la Touche, et de Magdeleine Duchastenier ;
    2. Jacques Philippe, baptisé le 17 novembre 1716 à Ardilleux et inhumé le 23 mars 1719 à Savigné, en présence de son père ;
    3. Henry, baptisé le 17 février 1720 à Savigné ;
    4. Marie-Françoise, baptisée le 28 mai 1728 à Champniers ;
4. — Gilbert (Pierre), baptisé le 14 février 1686 à Javarzay, avocat au Parlement, assesseur civil et criminel de la baronnie de Chef-Boutonne le 27 septembre 1709, fut ensuite nommé procureur fiscal du marquisat dudit lieu, et enfin subdélégué de l'intendance du Poitou. Il avait obtenu des lettres de bénéfice d'âge qui furent entérinées avec celles de son frère Charles le 19 novembre 1709 et assista au mariage de sa soeur Françoise le 8 janvier de la même année. Il épousa, avant le 8 janvier 1709, Françoise Guillon, fille de N. et de Jeanne Girault, puis, le 4 février 1719, à Javarzay, Marguerite Charlotte de Lespine, fille de Denis, capitaine et receveur général du marquisat de Chef-Boutonne, et de Marie Marchand. Il décéda le 7 décembre 1762, ayant eu de ses deux unions :
  1. Françoise, mariée le 7 février 1734, à Jean-Baptiste Renard, avocat en Parlement. Elle décéda le 20 octobre de la même année ;
  2. Pierre, du second lit, qui suit ;
  3. Rose Marie Jeanne, née vers 1721, mariée le 9 décembre 1736 à Blaise Claude François Pierre Albert, sieur de Combourg, fils d'Alexis-François et de Marie-Geneviève Dupuy (voir l'article ALBERT), et décéda le 26 juin 1802 ;
  4. Pierre-Denis, né vers 1726, qui assista au mariage de sa soeur Marie-Jeanne, et mourut juge sénéchal du marquisat de Chef-Boutonne le 4 janvier 1762 ;
  5. Hélène Rosalie, baptisée le 21 juillet 1727, fut marraine de sa soeur Rosalie et mourut sans alliance le 7 juin 1805 ;
  6. Baptiste Hilaire, baptisé le 14 juin 1728 ;
  7. Marie-Jeanne, baptisée le 30 octobre 1729 et inhumée le 24 mai 1779, épousa, le 24 mai 1751, Louis Jean Monnet, docteur en médecine ;
  8. Jeanne Charlotte, baptisée le 14 avril 1730, épousa, par contrat du 24 septembre 1764 devant Guyot et Prieur, notaires à Chef-Boutonne, Jacques Chabot, écuyer, seigneur de Peuchebrun et de Jouhé. Elle mourut le 1er novembre 1770 ;
  9. Marie-Rose, baptisée le 19 mars 1731 et décédée le 26 décembre 1740 ;
  10. Rosalie, baptisée le 28 mars 1738 ;
  11. Charlotte Jeanne, baptisée le 19 juin 1740 à Chef-Boutonne. Elle obtint des lettres de bénéfice d'âge le 28 décembre 1762 ;
5. — Gilbert du Deffant (Pierre), seigneur du Deffant (Fontenilles, Deux-Sèvres), avocat en Parlement, fut nommé juge sénéchal du marquisat de Chef-Boutonne par lettres de provision den date du 25 janvier 1762. Il succédait à cette charge à son frère Pierre-Denis, et fut ensuite nommé juge sénéchal de la châtellenie de Saveille (Paizay-Naudouin, Charente), le 26 février 1762, par lettres signées Marie-Suzanne Prévost de Sansac, marquise de Bourdeille. Il devint en 1784 subdélégué de l'intendance du Poitou et fit parti de la députation de Chef-Boutonne à l'assemblée du Tiers-État, convoquée à Poitiers pour nommer des députés aux États Généraux de 1789. Il fut le premier maire de Chef-Boutonne jusqu'au 7 janvier 1793. Profondément honnête, royaliste convaincu, bien que libéral, il était en excellents rapports avec M. de Lamoignon de Malesherbes, marquis de Chef-Boutonne, avec qui il eut une correspondance très suivie. Il avait épousé, le 12 octobre 1760, à Chef-Boutonne, Françoise Chabot de Peuchebrun, fille de François, écuyer, seigneur de Peuchebrun, et de Marie Tesnon de la Ronze, et en eut :
  1. Pierre-Denis, né le 3 avril 1761 à Chef-Boutonne ;
  2. Marie, née le 25 mars 1762 ;
  3. Hélène Rosalie, née le 20 mars 1763 et décédée le 2 mai 1775 ;
  4. Angélique, née le 5 juin 1763 ;
  5. Pierre, né le 11 mars 1767 et décédé le 30 septembre 1769 ;
  6. Pierre Chrétien Guillaume, né le 25 avril 1777, eut pour parrain Pierre Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malesherbes, marquis de Chef-Boutonne, ancien ministre de Louis XVI et pour marraine sa soeur, Mme de Sennozan. Il décéda sans alliance, le 31 juillet 1811 ;
  7. Clément Philippe, né le 26 mai 1778, joignit à son patronyme celui de Rodez, à cause du fief des Rodez (Chef-Boutonne). Il avait épousé Marie-Élisabeth Barbier, fille de Pierre, et de Marie Michy, et décéda le 31 janvier 1838, ayant eu :
    1. Françoise, dite Nancy, née le 11 septembre 1802 et décédée le 22 février 1885 à Poitiers. Elle avait épousé, par contrat du 14 octobre 1833 devant Besnard, notaire à Chef-Boutonne, Louis-Florian Arnault de la Ménardière ;
    2. Marie, née le 9 août 1803 et décédée le 11 août 1811 à Chef-Boutonne ;
    3. Hélène Élisabeth, née le 6 janvier 1805 et décéda le 26 mars 1889 à Chef-Boutonne, avait épousé, le 27 juin 1831 à Chef-Boutonne, Hilaire Ravan, archiviste du département des Deux-Sèvres ;
    4. Pauline, née le 25 octobre 1806 à Fontenilles et décédée le 4 octobre 1889 à Aigrefeuille (Charente-Maritime), avait épousé, le 4 juin 1832, à Chef-Boutonne, Henri-Jean Auguste Granier-Saint-Aubin ;
    5. Rosalie, née le 13 janvier 1812 et décédée le 6 août 1880 à Parthenay, avait épousé le 17 juin 1833, André Napoléon Augustin Failly ;
    6. Victor, né le 4 février 1815 et décédé le 17 dudit mois ;
    7. Esther, née le 6 novembre 1816 et décédée le 14 dudit mois ;
  8. François-Pierre, né le 17 novembre 1779 ;
  9. François-Anselme, qui suit ;
6. — Gilbert du Deffant (François-Anselme), né le 28 janvier 1781 à Chef-Boutonne, fut nommé adjoint au maire de Chef-Boutonne le 1er anvier 1812 et conserva ses fonctions jusqu'en 1814. Il fut ensuite nommé maire par décret en date des 10 octobre 1815, 13 janvier 1816, 1821 et 1826, et donna sa démission à la révolution de 1830. Il fut également conseiller général des Deux-Sèvres, pour le canton de Chef-Boutonne, pendant des années et y mourut au même lieu le 5 juin 1840. Il avait épousé, le 10 juin 1805, à Chef-Boutonne, Hélène Rosalie Chabot de Potonnier, fille de Nicolas, et de Marie-Rosalie Renard, ayant eu :
  1. Pierre-Anselme Gustave, né le 1er octobre 1821 à Chef-Boutonne ;
  2. Nicolas-Léon, qui suit ;
  3. Hélène Zéline, née le 24 octobre 1809 à Chef-Boutonne et décédée le 19 novembre suivant au même lieu ;
  4. Hélène Lydie, née le 4 septembre 1811 à Chef-Boutonne et décédée le 10 janvier 1905 à Parthenay, avait épousé, le 16 octobre 1832, Jules Fabien Failly, docteur en droit et député de Parthenay en 1848 ;
  5. Aimée-Clémence, née le 23 septembre 1812 à Chef-Boutonne, décédée le 20 juin 1900 au même lieu sans alliance ;
  6. Rosalie Eugénie, née le 16 juillet 1818 à Chef-Boutonne, épousa, le 19 février 1842, au même lieu, Eugène Henri Edmond Beauchet-Filleau. Celui-ci fut l'auteur, avec Charles de Chergé, de la première édition du Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, et, décédé durant la publication de la seconde, laissa à son fils Paul, aidé de Georges et d'Henri, ses frères, la responsabilité de l'achèvement de l'ouvrage ;
7. — Gilbert du Deffant (Nicolas-Léon), né le 2 juillet 1808 à Chef-Boutonne, fut receveur de l'enregistrement des domaines et du timbre, puis conservateur des hypothèques à Châteauroux, et décéda le 24 septembre 1899 à Saint-Amand-Montrond (Cher). Il avait épousé, le 26 avril 1642, à Niort, Denise Alexandrine Hugueteau de Challié, fille de Jean François Gabriel, conservateur des eaux et forêts, et de Françoise Sophie de Fresne, dont il eut :
  1. Marguerite, née le 6 mai 1846 à Langeais (Indre-et-Loire), épousa, le 27 août 1866, Anatole Lancepiène, et décéda le 8 novembre 1884 à Saint-Cyprien (Dordogne) ;
  2. Rosalie Valentine, née le 12 juillet 1848 à Saumur (Maine-et-Loire), épousa, le 2 juillet 1872, à Châteauroux, Augustin Alfred Grozieux de Laguérenne, officier de réserve d'état-major ;

§ II. branche protestante

2. — Gilbert (Abraham), fils puîné de Pierre et de N., sa seconde épouse (1er degré, § Ier.), est cité dans le testament de son père en 1667. Il étudia à Saumur et fut nommé pasteur de Melle en 1660, puis à Charenton en 1681 et banni à la révocation de l'Édit de Nantes en 1685. Les églises réformées de Paris et du Poitou faisaient grand cas de ce pasteur : elles lui confièrent souvent la défense de leurs intérêts. C'est ainsi qu'on le députa au synode provincial de l'Île-de-France assemblé à Lizy le 4 septembre 1681, puis il fut envoyé le 16 septembre 1682 vers M. de Ménars, intendant de la généralité de Paris pour s'entendre avec lui sur la manière dont l'avertissement pastoral serait signifié à l'Église réformée de Paris. Il avait reçu, en 1653, à titre d'échange, de Suzanne de Céris, veuve de Gabriel de Lezay, chevalier, seigneur de Puyberian, les métairies nobles du Breuil et du Bois-de-Messé. De concert avec Judith Faure, sa femme, il fit déclaration roturière à la seigneurie de Mazeuil en 1664 et acheta, le 10 juin 1666, la métairie noble de la Chaume (Messé, Deux-Sèvres) pour 6200 livres, de Jacques Durousseau, écuyer, seigneur de Fayolle, et de Renée Brouilhac (voir l'article DUROUSSEAU). Il avait épousé, en premières noces, Judith Faure, veuve de Pascal Ingrand de Lespinoux, et en secondes noces, Suzanne Collin, probable file de Dominique, conseiller du roi et élu à Niort, et de Catherine Nau, dame de la Blanchardière. Il en était veuf en 1682, et Abraham Gilbert épousa, en troisièmes noces, le 28 janvier 1683 à Charenton, Marie Thomasset, veuve de Jean-Pierre Bouillier, sieur de Beauregard et receveur des aides à Château-Thierry, et fille de Samuel et de Marie Bernard. Il eut, de l'un ou l'autre des deux premiers lits :

  1. Abraham, qui suit ;
  2. Gabrielle, mariée le 6 août 1681 à Charenton, à Salomon Juliot, écuyer du prince de Condé, sieur de la Pénissière. Elle eut procès avec son père : le parlement condamna celui-ci à payer 20000 livres à sa fille mais il interjetta appel et, pour éviter la contrainte par corps, se réfugia à l'ambassade de Hollande, pendant l'année 1685, qu'il ne quitta que pour prendre le chemin de l'exil et se retirer à Rotterdam où on lui fit une pension de 250 florins. Il partit pour l'Angleterre en 1693 ;
3. — Gilbert (Abraham) succéda à son père comme pasteur protestant dans l'église de Melle. On le trouve en 1709 à Amsterdam, mais il dut revenir à Melle, car on le cite comme ayant fait une déclaration roturière à la seigneurie de Champagné (Vienne) en 1739. Il y était qualifié ministre de Melle.

A cette branche, devaient appartenir les personnes suivantes :


Gilbert (Henri), ministre protestant, épousa une juive de la tribu de Lévi de Metz, et en eut au moins pour fille :

  1. Isaïe, née en Hollande, qui abjura le protestantisme en l'église de l'abbaye Sainte-Croix de Poitiers, âgée de 23 ans, et en présence de Mme Pérusse des Cars, abbesse. Elle fut baptisée sous condition dans l'église Saint-Austragésile de Poitiers le 21 décembre 1761 et prit le nom de Marie.



Sources :

  • Dictionnaire historique et généalogiques des familles du Poitou, Beauchet-Filleau, tome 4, p. 125 et suivantes, d'après la publication d'Henry Grozieux de Laguérenne, petit-fils du dernier Gilbert du Deffant (source A. Texier) ; 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire