lundi 18 août 2014

LESUEUR

Famille d'Usson-du-Poitou, puis de Civray, dont deux enfants migrèrent aux confins du Bas-Poitou. La famille se dispersa ensuite entre Nantes, réfugiée lors des guerres de Vendée, et en Charente-Maritime.



§ Ier.

1. — LESUEUR (Pierre), fut l'époux de Marguerite Bernard, dont il eut :
  • Jeanne, baptisée le 28 juillet 1641 à Usson-du-Poitou.
  • Perrette, baptisée le 19 septembre 1643 à Usson-du-Poitou.
  • Pierre, qui suit.
  • Marie, baptisé le 3 octobre 1649 à Usson-du-Poitou.
  • Françoise, baptisée le 5 janvier 1651 à Usson-du-Poitou.
  • Adrienne, baptisée le 12 juillet 1653 à Usson-du-Poitou et inhumée le 23 février 1723 au même lieu, y avait épousé, le 10 novembre 1680, Jean Baumier, sieur du Cormier, fils de Jacques et de Françoise Guillot.
  • probablement Perrine, née vers 1654 et inhumée le 15 février 1684 à Usson-du-Poitou.
  • Antoinette, baptisée le 14 mai 1656 à Usson-du-Poitou.
  • François, baptisé le 26 février 1659 à Usson-du-Poitou, qui y était sergent royal, lorsqu'il épousa, le 24 avril 1684, à Civray, Catherine Sorin, fille de Paul et de Marie Manant. De leur union, naquirent : a) Marie, baptisée le 19 janvier 1685 à Civray et inhumée le 26 du même mois au même lieu. b) François, baptisé le 3 mars 1686 à Civray.
2. — LESUEUR (Pierre), baptisé le 20 décembre 1646 à Usson-du-Poitou, était maître-écrivain lorsqu'il épousa, le 13 janvier 1670 à Civrazy, Magdeleine Moreau, fille de François et de Marguerite Baston. De leur union, naquirent :
  • Jeanne, baptisée le 24 février 1671 à Civray et inhumée le 3 février 1704 à Usson-du-Poitou, avait épousé, le 21 août 1692, à Civray, Pierre Landrais, cordonnier.
  • Charles, baptisé le 25 février 1672 à Civray, qui épousa, le 22 novembre 1701, à Château-Garnier, Suzanne Bellaud.
  • Pierre, qui suit.
  • Marie-Magdeleine, baptisée le 24 juin 1676 à Civray.
3. — LESUEUR (Pierre), baptisé le 27 décembre 1673 à Civray, épousa le 11 février 1697, audit lieu, Marguerite Guillemot. De leur union, naquirent :
  • Pierre, qui suit.
  • Marguerite, baptisée le 6 février 1702 à Civray.
  • Marie, née vers 1708 et inhumée le 15 janvier 1711 à Civray.
Veuf, il se remaria, le 10 février 1720, à Civray, Magdeleine Pingault. De cette union, naquirent :
  • Jean-Baptiste, du second lit, baptisé le 6 novembre 1720 à Civray.
  • et Médard, rapporté en § II.
4. — LESUEUR (Pierre), baptisé le 17 août 1698 à Civray, s'installa à Mortagne-sur-Sèvre (Vendée), où il fut notaire et procureur de la dite baronnie. Il avait épousé Marie Guignon, dont il eut :
  • Pierre, qui suit.
5. — LESUEUR (Pierre), épousa, le 21 novembre 1764, à Mortagne-sur-Sèvre, Marie Choisnet, fille de Pierre et de Marie Chevoleau. De leur union, ils eurent :
  • une fille née sans vie le 15 juillet 1767 à Mortagne-sur-Sèvre.

§ II.

4. — LESUEUR (Médard), fils de Pierre et de Magdeleine Pingault (3e degré, § Ier.), fut baptisé le 8 juin 1722 à Civray. Il épousa, le 26 octobre 1744, à Mortagne-sur-Sèvre, Élisabeth Loizeau, où il fut inhumé le 21 mai 1765. De son union, naquirent :
  • Jean-Baptiste Médard, qui suit.
    1. Benjamin Charles, baptisé le 27 décembre 1746 à Mortagne-sur-Sèvre et inhumé le 17 mai 1752 au même lieu.
    2. Pierre, baptisé le 3 janvier 1749 à Mortagne-sur-Sèvre et inhumé le 30 décembre 1750 au même lieu.
    3. Élisabeth, baptisé le 19 avril 1750 à Mortagne-sur-Sèvre et inhumée le 11 octobre 1751 audit lieu.
    4. Toussaint Charles, rapporté en § III.
    5. Louis, libraire, baptisé le 1er mars 1758 à Mortagne-sur-Sèvre et inhumé le 10 février 1788 audit lieu, qui y avait épousé, le 26 janvier 1780, Louise Marie Choisnet, fille de Pierre et de Louise Bagnard. De leur union, ils eurent : a) Louise Perrine, baptisée le 16 octobre 1780 à Mortagne-sur-Sèvre, qui mourut sans alliance le 21 octobre 1852 audit lieu. b) Marie, baptisée le 8 septembre 1781 à Mortagne-sur-Sèvre. c) Élisabeth Charlotte, baptisée le 16 janvier 1783 à Mortagne-sur-Sèvre. d) Louis Médard, baptisé le 25 février 1786 à Mortagne-sur-Sèvre et inhumé le 28 novembre 1787 au même lieu. e) Pierre Aimé Victor, baptisé le 21 juillet 1787 à Mortagne-sur-Sèvre.
    5. — LESUEUR (Jean-Baptiste Médard), baptisé le 29 août 1745 à Mortagne-sur-Sèvre, qui épousa,  le 17 octobre 1768, audit lieu, Marie Guillemet, dont il eut :
    • Pierre Jean, qui suit.
    • Marie-Jeanne, baptisée le 10 juin 1773 à Mortagne-sur-Sèvre et inhumée le 6 août 1773 audit lieu.
    6. — LESUEUR (Pierre Jean), propriétaire à la Châtaigneraie, puis à Mortagne-sur-Sèvre, ancien officier d'infanterie et enfin notaire aux Herbiers, notaire honoraire au Boupère et suppléant du juge de paix du canton de Pouzauges, fut baptisé le 16 juillet 1770 à Mortagne-sur-Sèvre. Il épousa, le 20 thermidor de l'an VII (7 août 1799), à Pouzauges, Modeste Charlotte Ayrault, propriétaire à Montournais, fille de Julien Jacques et de Jeanne Modeste Bineau et mourut le 3 septembre 1840 au Boupère, ayant eu :
    • Louis Pierre Isidore, propriétaire à la Venassière du Boupère puis médecin à Saint-Laurent-sur-Sèvre, né le 19 vendémiaire de l'an X (11 octobre 1801) à la Châtaignerie et décédé le 25 juillet 1875 à Saint-Laurent-sur-Sèvre, qui épousa, le 2 mai 1854, à Saintes, Anne Jeanne Louise de Rigaud de Vaudreuil, fille de Jean-Louis de Rigaud, comte de Vaudreuil, et de Jeanne Marie-Thérèse de Villemenot.
    • Victor Onésime, qui suit.
    • Modeste Julie Dorothée, née le 11 novembre 1809 à Mortagne-sur-Sèvre et décédée le 22 octobre 1815 audit lieu.
    • et son jumeau Paul Alexandre Médard, né le même jour audit lieu, qui était propriétaire à Melle en 1843.
    • Marie Lucie Percide, née le 8 septembre 1811 à Mortagne-sur-Sèvre.
    • Athénaïde Palmire, née le 30 juillet 1814 à Mortagne-sur-Sèvre.
    • Julie Victoire, née le 16 juin 1818 aux Herbiers.
    • Julie Lucie Alexandrine, religieuse, née le 9 janvier 1823 aux Herbiers et décédée le 19 août 1877 aux Brouzils.
    7. — LESUEUR (Victor Onésime), juge de paix auprès du tribunal civil et de la cour d'assise de Saintes, puis président dudit tribunal, et enfin conseiller à la cour de Poitiers, né le 3 ventôse de l'an XII à Mortagne-sur-Sèvre et mort le 11 juillet 1860 à Poitiers, avait épousé, le 19 mai 1843, à Saintes, Marie-Anne Victorine Seguin, fille de Pierre Barthélémy, docteur médecin, et de Marie-Anne Marguerite Garreau. De cette union, il eut :
    • Émile Henri, né le 3 avril 1844 à Saintes, qui mourut le 26 mars 1845 audit lieu.
    Puis il épousa, le 23 août 1847, à Saintes, Thérèse Laure Guillau de Sersé, fille de feu Pierre Nicolas Charles Édouard, vivant procureur du roi auprès du tribunal civil de Fontenay-le-Comte, et de feue Victoire Thérèse Lovell.dont il eut :
    • Marie-Thérèse Victorine Clémence, née le 18 juin 1848 à Saintes, religieuse carmélite, qui y mourut le 10 avril 1874.
    • Pierre Onésime Alexandre Émile, qui suit.
    • Victor Auguste Charles Louis, né le 22 janvier 1851 à Saintes.
    • Jean-Marie Jules Henri, né le 20 juin 1854 à Saintes.
    • Angel Eutrope Édouard Paul, employé des finances puis secrétaire de l'hospice, né le 3 octobre 1855 à Saintes, qui épousa Marie-Blanche Priquet de Guippeville, dont il eut : a) Marie-Thérèse Clémence, né le 16 octobre 1884 à Saintes. b) Henri Marie Gabriel Eutrope, né le 30 avril 1886 à Saintes et décédé le 13 mai suivant audit lieu.
    • Eugène Augustin Victor, maréchal des logies au 94e d'artillerie en résidence à Angoulême en 1880, né le 12 octobre 1857 à Saintes. Par jugement du tribunal civil de Saintes, en date du 29 octobre 1897, son patronyme fut changé en "Le Sueur".
    8. — LE SUEUR (Pierre Onésime Alexandre Émile)né le 20 octobre 1849 à Saintes, qui fut élève de l'école spéciale militaire à partir du 20 octobre 1869. Sous-lieutenant au 7e régiment de ligne en août 1870, il rejoignit le 1er régiment de marche, puis, l'année suivante,  le 1er régiment de ligne, au sein duquel il fut gradé lieutenant le 22 mai 1873. En octobre de cette même année, il rejoignit le 127e régiment de ligne, et c'était en qualité qu'il épousa, le 14 juillet 1879, à Saint-Jean-d'Angély, Marie Madeleine de Bussac, fille d'Isidore Charles, propriétaire, et de Marier Julie Gontier. Il fut gradé capitaine le 2 mai 1881, puis fut envoyé à l'intendance militaire, avec le grade d'adjoint à l'intendance, le 3 août 1882. Il était sous-intendant militaire de 3e classe à Cahors lorsqu'il fut reçu Chevalier de la Légion d'Honneur, par décret du 29 décembre 1891 par le ministère de la guerre, puis de 1e classe à Nantes lorsqu'il fut élevé Officier de la Légion d'Honneur, par décret du 30 décembre 1908 par ce même ministère. Son patronyme avait été changé en "Le Sueur", par dépêche ministérielle du 19 mai 1892. Il mourut le 23 août 1936 à Nantes, ayant eu :
    • Marie-Madeleine, née le 16 juillet 1880 à Saintes.
    • Marthe Marie, née le 3 septembre 1881 à Valenciennes (Nord), qui épousa, le 24 octobre 1903, à Nantes, Jean Marie Charles Delille de Bussac.
    • Henri, qui suit.
    Henri Le Sueur
    (1889-1963)
    9. — LE SUEUR (Henri), naquit le 9 août 1889 à Cahors et épousa, le 15 avril 1920, à Paris (7e arrondissement), Madeleine Jeanne de la Taste. Ancien élève de l'École Polytechnique (promotion 1908) et de l'École des Mines de Paris (promotion 1912), il fut professeur des mines de Saint-Étienne en 1922. Il termina sa carrière administrative comme inspecteur général des mines et président de section au Conseil Général des Mines1, et mourut le 19 octobre 1963 à Paris (12e arrondissement), ayant eu :
    • Henri, né en 1921, époux d'Édith Brun.
    • Pierre Marie Bernard, né en 1923, époux de Sara Boyer.
    • Marie-Madeleine, née en 1929, épouse du professeur Gabriel Blancher.
    • Colette, née en 1931, épouse de Bernard Marichal.
    • Jacqueline, née en 1934 et décédée en 2004, épouse du comte Aymar Guillet de Chatellus, diplômé de l'I.E.P.

    § III.

    5. — LESUEUR (Toussaint Charles), fils de Médard et d'Élisabeth Loizeau (4e degré, § II.), baptisé le 23 octobre 1752 à Mortagne-sur-Sèvre, fut marchand poêlier puis ferblantier, et se réfugia à Nantes au lieu de la Magdeleine en 1793. Il avait épousé, le 7 janvier 1785, à Clisson, Louise Dugast, dont il eut :

    • Charles Étienne, qui suit.
    • Victor, rapporté en § V.
    • Adélaïde, née vers 1793 et morte le 22 brumaire de l'an II à Nantes.
    • Élisabeth, née vers 1793 et morte le 21 vendémiaire de l'an II à Nantes.
    • autre Élisabeth, née le 24 germinal de l'an III à Nantes et décédée le 6 décembre 1815 à Nantes.
    6. — LESUEUR (Charles Étienne), sergier et fabricant à Nantes, fut baptisé le 5 janvier 1786 à Clisson et mourut le 12 décembre 1860 à Nantes. Il avait épousé, Rose Angélique Landais, dont il eut :
    • Charles Julien, né vers 1812 et décédé le 4 octobre 1813 à Nantes.
    • Charles Étienne, né le 24 août 1814 à Nantes et décédé le 29 juillet 1817 au même lieu.
    • Toussaint, qui suit.
      • Rose Angélique, né le 17 octobre 1816 à Nantes.
      • Alexandre, rapporté en § IV.
      • Victoire, née le 11 janvier 1819 à Nantes et décédée le 16 octobre 1855 à Cugand, qui avait épousé, le 30 août 1846, audit lieu, Jean-Baptiste Pilet.
      Veuf, il épousa, en secondes noces, le 18 avril 1821, à Nantes, Thérèse Houssais, dont il eut :
      • Charles Joseph, né le 13 juin 1823 à Nantes et décédé le 23 septembre 1824 au même lieu.
      • une fille, née sans vie le 17 juillet 1824 à Nantes.
      • Paul Charles, né le 2 janvier 1826 à Nantes et décédé le 10 août 1826 au même lieu.
      • Charles Étienne, fileur, né le 28 novembre 1827 à Clisson, qui épousa, le 8 avril 1861, à Nantes, Julienne Marie Brevet, jardinière.
      • Auguste, né le 2 novembre 1828 à Clisson et décédé le 21 novembre 1830 audit lieu.
      • François, carroyeur puis camionneur, né le 1er octobre 1830 à Clisson, qui épousa, le 2 janvier 1858, à Nantes, Jenny Donatienne Paboeuf, revendeuse. De leur union, ils eurent : a) François Charles Étienne, né le 10 octobre 1859 à Nantes, qui y épousa, le 23 octobre 1886, Angèle Marie Bretesché, fille de feu Paul, sabotier, et de Marie Huppé, tailleuse.
      • Thérèse Élisabeth, née le 8 janvier 1832 à Clisson et décédée le 31 octobre 1833 audit lieu.
      • Joséphine Victoire, née le 31 décembre 1833 à Clisson.
      Enfin, il épousa, en troisièmes noces, le 17 juillet 1841, à Nantes, Sophie Delaunay, journalière.

      7. — LESUEUR (Toussaint), né le 26 août 1815 à Nantes et mort le 1er novembre 1884 à Clisson, tisserand en coton dans le quartier de la Magdeleine dudit lieu, fut l'époux de Marie Luneau, dont il eut :

      • Marie Victoire, née le 6 octobre 1844 à Clisson.
      • Toussaint, qui suit.
        • François, né vers 1852 à Clisson, tanneur, qui mourut sans alliance le 18 août 1874 audit lieu.
        • Émile, tanneur, né le 12 mars 1858 à Clisson, qui y épousa, le 27 février 1888, Joséphine Jeanne Gravouille, domestique, fille de Jean et de Joséphine Baron, cultivateurs à Vallet. De leur union, ils eurent : a) Joséphine Jeanne Amélie, née le 24 mai 1889 à Clisson et décédée le 8 mai 1975 au même lieu, qui y avait épousé, le 29 avril 1916, André Robert Fontaine. b) Émile, né le 16 septembre 1892 à Clisson.
        8. — LESUEUR (Toussaint)menuisier, né le 13 avril 1846 à Clisson, fut l'époux de Véronique Baudry, lingère. De leur union, ils eurent :
        • Marie Véronique Émilie, née 20 septembre 1874 à Clisson et décédée le 1er septembre 1877 au même lieu.
        • François Toussaint Alexandre, né 18 mai 1876 à Clisson et décédé le 7 septembre 1877 audit lieu.
        • Véronique Marie Amélie, née le 17 juin 1878 à Clisson.
        • Léon René Toussaint, né le 15 août 1882 à Clisson et décédé le 8 mai 1884 audit lieu.
        • Marie-Louise Rose, née le 15 août 1882 à Clisson et décédée le 29 mai 1884 audit lieu.
        • Toussaint François Marie, né le 30 octobre 1883 à Clisson et décédé le 18 mars 1884 audit lieu.

        § IV.

        7. — LESUEUR (Alexandre), fils de Charles Étienne et de Rose Angélique Landais (6e degré, § III.), tisserand, né le 23 octobre 1817 à Nantes et décédé le 28 janvier 1887 à Clisson, épousa, le 10 août 1845, à Cugand, Jeanne Guicheteau. De leur union, ils eurent :
        • Alexandre, charron à Josigny (Seine-et-Marne), né le 4 juin 1846 à Clisson, qui épousa, le 24 août 1874, audit lieu, Rose Douezy, domestique, fille de Jean-Baptiste, maçon à Clisson, et de Rosalie Tardinel.
        • Rose, née le 30 septembre 1848 à Clisson, qui mourut le 13 novembre 1857 à l'hospice dudit lieu.
        • Onézime, qui suit.
        • Clémence Françoise, née le 29 mai 1855 à Clisson, qui mourut sans alliance le 29 mars 1878 audit lieu.
        • Marie-Alexandrine, journalière, née le 23 mai 1863 à Clisson, qui mourut sans alliance le 5 février 1888 audit lieu.
        8. — LESUEUR (Onézime)cordonnier à Clisson, né le 30 mars 1851 audit lieu, qui épousa, le 17 septembre 1877, à Cugand, Eugénie Lévêque, fille de Pierre, poissonnier à Cugand, et de feue Marie-Anne Augelard. Il mourut le 18 décembre 1887 à Clisson. De leur union, ils eurent :
        • Eugène, né le 19 mars 1884 à Clisson et décédé le 22 avril suivant audit lieu.

        § V.

        6. — LESUEUR (Victor), tisserand, fils de Toussaint Charles et de Louise Dugast (5e degré, § III.), baptisé le 28 juillet 1789 à Clisson, était sergier et tisserand. Il épousa, le 8 février 1815, à Nantes, Marie Henry, et mourut le 23 février 1866 en cette ville, ayant eu :
        • Victor Henri, né le 15 février 1815 à Nantes.
        • Victor Charles, qui suit.
        • Frédéric Charles, loueur de voiture puis cocher, né le 4 mai 1817 à Nantes, y épousa, le 12 juillet 1852, Marie-Émilie Jouvence, lingère. De leur union, naquirent : a) Victor Frédéric, né le 28 mai 1853 à Nantes. b) Adolphe Émile, né vers 1854 et décédé le 22 décembre 1854 à Nantes. c) Édouard Joseph Emmanuel Marie, né vers 1858 et décédé le 1er février 1859 à Nantes.
        • Jean Alexis, né le 18 juillet 1818 à Nantes.
        • Marie-Rose, née le 15 décembre 1819 à Nantes.
        • Adèle, née le 23 août 1821 à Nantes.
        • Élisabeth, née le 12 mai 1825 à Nantes et décédée le 13 octobre 1873 à Martinet, qui avait épousé, le 27 mai 1846, à Beaulieu-sous-la-Roche, François Guiochet.
        • Rose Joséphine, née le 20 mai 1827 à Nantes.
        • Jeanne Agathe, née vers 1829 et décédée le 26 février 1829 à Nantes.
        • Alexandre, né le 25 novembre 1830 à Nantes, qui y fut cocher et qui mourut sans alliance le 18 août 1851.
        • Louise Victorine, lingère, née le 10 août 1833 à Nantes, qui eut hors mariage : a) Camille Alphonse Victor, typographe, né le 20 septembre 1854 à Nantes, qui y épousa, le 17 octobre 1879, Félicia Anna Briantais, veuve de feu Marcellin Alfred Philippe Rochard, tailleur, et fille de feu Louis Charles Félix, mécanicien à Brest, et de Justine Dorothée Guillermé.
        • Anastasie, née le 10 janvier 1835 à Nantes et décédée le 25 avril suivant au même lieu.
        7. — LESUEUR (Victor Charles), homme de confiance, puis domestique et cuisinier, naquit le 25 mai 1816 à Nantes. Il épousa, le 13 novembre 1837, à Nantes (6e canton), Clarisse Geneviève Briand, fille de Pierre, tonnelier, et de Marie Boutin, dont il eut :
        • Clarisse Victorine, née le 27 novembre 1838 à Nantes.
        • Victor Émile Frédéric, né le 22 décembre 1839 à Nantes.
        • Charles Albert, né le 2 octobre 1842 à Nantes et décédé le 16 septembre 1854 au même lieu.



        1— Fiche d'Henri Le Sueur (1889-1963), sur le site annales.org.

        dimanche 17 août 2014

        PESTUREAU

        Famille originaire de Pliboux (Deux-Sèvres), dont l'un des cadets vint s'installer à Civray.



        § Ier.

        Hiérosme
        Pétureau,
        greffier des

        rolles de
        la parse de

        Plibout
        1. — PESTUREAU (Hiérosme), né vers 1636, fut notaire à Pliboux (Deux-Sèvres) et greffier des rôles de cette paroisse, et c'est en cette qualité qu'il fut reçu d'office dans l'armorial d'Hozier, portant "de gueules, à un mortier d'artillerie d'argent". Il avait épousé, le 15 janvier 1669, à Pliboux, Louise Épinoux, dont il eut :
        • Marie, baptisée le 8 novembre 1671 à Pliboux et inhumée le 21 octobre 1678 audit lieu.
        • Hiérosme, baptisé le 15 août 1674 à Pliboux, qui épousa, le 22 septembre 1705, à Mairé-Lévescault, Marie Naudin, fille de Jean et de Marguerite Desfroux, dont il eut au moins : a) Marguerite, baptisée le 22 septembre 1701 à Pliboux. b) Jeanne, baptisée le 15 septembre 1708 à Pliboux.
        • Louise, née vers 1675 et inhumée le 8 octobre 1678 à Pliboux.
        Il fut l'époux, en secondes noces, de Jeanne Trouvé, dont il eut :
        • Jeanne, baptisée le 21 janvier 1680 à Pliboux.
        • Pierre, qui suit.
        2. — PESTUREAU (Pierre), né vers 1683 et inhumé le 11 octobre 1768 à Civray, y avait épousé, le 11 juillet 1718, Marie Garreau, fille de Mathurin et de Marie Badin. De leur union, ils eurent :
        • Marie, baptisée le 20 février 1720 à Civray.
        • Jeanne, baptisée le 3 janvier 1726 à Civray.
        • Jean, qui suit.
        • Louis, baptisé le 8 septembre 1735 à Civray.
        3. — PESTUREAU (Jean), baptisé le 22 mars 1728 à Civray, épousa, le 16 octobre 1754 à Limalonges (Deux-Sèvres), Marie Berton, fille de Jacques et de Marie Boudault (v. BERTON). De leur union, naquirent :
        • Pierre, qui suit.
        • Marie, baptisée le 25 novembre 1755 à Civray.
        • Marie Marguerite Magdeleine, baptisée le 18 novembre 1760 à Civray.
        • Jean, baptisé le 17 février 1763 à Civray et inhumé le 16 janvier 1769 au même lieu.
        • Jacques, rapporté en § II.
        • Louis, baptisé le 21 novembre 1768 à Civray.
        4. — PESTUREAU (Pierre), né vers 1754 et décédé le 28 novembre 1843 à Saint-Macoux, était maréchal lorsqu'il épousa, le 18 messidor de l'an II, à Saint-Pierre-d'Exideuil, Marie Granier, fille de Jean et d'Anne Texereau. De leur union, naquirent :
        • Marie, née vers 1795 et décédée le 20 septembre 1876 à Saint-Pierre-d'Exideuil, qui y avait épousé, le 16 février 1824, son cousin Jacques Pestureau, fils de Jacques et de Françoise Métayer (5e degré, § II.)
        • Marie, née le 9 pluviôse de l'an IX à Saint-Pierre-d'Exideuil , qui y avait épousé, le 2 mai 1827, Louis Boiteau, fils de François et de Louise Philippon. Elle mourut le 23 septembre 1861 à Saint-Saviol.
        • Denis, qui suit.
        5. — PESTUREAU (Denis), né le 14 vendémiaire de l'an XIV à Saint-Pierre-d'Exideuil, était cultivateur et propriétaire au Tardy, commune de Savigné, dont il en fut le maire. Il avait épousé, le 17 février 1830, à Blanzay, Françoise Mauduit, fille de Jean et de Françoise Mauduit, et mourut le 23 octobre 1859 à Savigné. De son union, il eut :
        • Marie, née le 5 décembre 1830 à Saint-Pierre-d'Exideuil, qui épousa, le 10 septembre 1851, à Savigné, Jean Moreau, cultivateur et propriétaire à la Chauffière, fils de François et de Marie Caquet.
        • Jeanne, née le 5 août 1832 à Saint-Pierre-d'Exideuil et décédée le 6 décembre suivant au même lieu.
        • Pierre, né le 8 mars 1834 à Saint-Pierre-d'Exideuil, qui était propriétaire au Tardy en 1864.
        • Denis, qui suit.
        • Françoise, née le 9 novembre 1838 à Saint-Pierre-d'Exideuil, qui épousa, le 19 octobre 1860, à Savigné, Pierre Brouillet, cultivateur à Lizac, fils de Jean et d'Anne Garreau.
        6. — PESTUREAU (Denis), né le 20 août 1836 à Saint-Pierre-d'Exideuil, était propriétaire au Tardy lorsqu'il épousa, le 5 octobre 1864, à Savigné, Jeanne Brouillet, soeur de Pierre ci-dessus, fille de Jean et d'Anne Garreau. De leur union, ils eurent :
        • Denis Jean Félix, qui suit.
        • Adélien Philippe Auguste, né le 22 février 1868 à Savigné, qui était propriétaire au Tardy en 1889.
          7. — PESTUREAU (Denis Jean Félix), cultivateur, naquit le 6 août 1865 à Savigné et mourut le 12 juin 1901 au même lieu. Il y avait épousé, le 23 septembre 1889, Marie-Léonie Moreau, fille de Pierre et de Marie-Louise Lebrun. De leur union, ils eurent :
          • Ezilva Marie Éliza, née le 5 novembre 1890 à Savigné et décédée le 23 septembre 1964 au même lieu, qui y avait épousé, le 12 octobre 1908, Célestin Auguste Édouard Pierron, cultivateur à Lizac, fils de Célestin et de Marie-Joséphine Alexandrine Tralboux (v. TRASLEBOUX).
          • Denis Félix Adolphe, né le 27 août 1893 à Savigné et décédé le 21 juin 1966 au même lieu, y avait épousé, le 3 janvier 1920, Sara Valérie Brouillet.

          § II.

          4. — PESTUREAU (Jacques), fils de Jean et de Marie Berton (3e degré, § Ier.), maréchal, fut baptisé le 6 novembre 1765 à Civray et mourut le 1er mai 1850 à Saint-Pierre-d'Exideuil. Il avait épousé, le 23 janvier 1787, à Limalonges, Françoise Métayer, fille de Jean et de Françoise Guyard, dont il eut :
          • Marie, née vers 1791 et décédée sans alliance le 8 octobre 1843 à Saint-Pierre-d'Exideuil.
          • Françoise, née vers 1793, qui mourut le 18 février 1871, à Saint-Pierre-d'Exideuil, où elle avait épousé, le 13 octobre 1819, Pierre Granier, cultivateur, fils de Jacques et de Marie Magnan.
          • Jacques, qui suit.
          • Jeanne, née le 9 pluviôse de l'an VI (28 janvier 1798), à Saint-Pierre-d'Exideuil, qui y épousa, le 8 juin 1823, Jacques Guillaud, fils de François et de Marie Métayer, et qui mourut le 18 avril 1870 à Saint-Macoux.
          5. — PESTUREAU (Jacques), cultivateur, né vers 1795 et décédé le 6 mai 1881 à Saint-Pierre-d'Exideuil, avait épousé, le 16 février 1824, audit lieu, sa cousine Magdeleine Pestureau, fille de Pierre et de Marie Granier (v. 4e degré, § Ier.). De leur union, naquirent :
          • Jean, né le 15 décembre 1824 à Saint-Pierre-d'Exideuil.
          • Jean-Pierre, qui suit.
          6. — PESTUREAU (Jean-Pierre), propriétaire, né le 21 avril 1838 à Saint-Pierre-d'Exideuil, épousa, le 20 octobre 1869 à Saint-Gaudent, Pauline Robin, fille de Jean et de Marie Poupart. De leur union, naquirent :
          • Pierre Gabriel Germain, qui suit.
          • Pauline Joséphine, née le 15 avril 1872 à Saint-Pierre-d'Exideuil, qui épousa, le 4 septembre 1895, audit lieu, Paul Émile Alphonse Valentin Pierre Hyppolite Lesire, fils de Cyprien Valentin et de Marie Félicité Gendreau (v. LESIRE).
          • Jean-Paul, né le 31 octobre 1880 à Saint-Pierre-d'Exideuil.
          7. — PESTUREAU (Pierre Gabriel Germain), cultivateur et propriétaire, naquit le 30 juillet 1870 à Saint-Pierre-d'Exideuil, épousa, le 2 juin 1896, audit lieu, Marie-Françoise Joséphine Eugénie Thénault, fille de Pierre et de Jeanne Françoise Rogeon. De leur union, ils eurent :
          • Léo Félix Gabriel, né le 31 mars 1897 à Blanzay et décédé le 11 avril 1985 à Bayonne, avait épousé, le 23 mai 1923, à Choisy-le-Roi, Fernande Marguerite Latil.
          • Noëlla Gabrielle Marthe Pauline, née le 8 mars 1900 à Saint-Pierre-d'Exideuil, qui épousa, le 1er octobre 1927, audit lieu, Raymond Arthur Collet.
          • Pierre Eugène, qui suit.
          Pierre Eugène
          Pestureau
          (1903-1943)
          8. — PESTUREAU (Pierre Eugène), né le 1er mars 1903 à Saint-Pierre-d'Exideuil, fit, comme son frère, des études juridiques et devint huissier de justice. Il épousa, le 4 avril 1927, à Civray, Odette Sarah Marie-Madeleine Bernard, fille de Pierre, huissier, et de Marie-Marthe Sara Chevais, et s'installèrent chez ses derniers, où Pierre Pestureau travailla dans l'étude de son beau-père. "Pierre Pestureau, sous-officier d’artillerie de réserve, est un homme qui aime discuter, qui sait prendre position, et qui a de grandes idées sur l’homme et sur la liberté. Quand la guerre fait ses ravages, et que certains décident de s’organiser, s’engager dans la Résistance est pour lui une évidence. Il en est d’ailleurs de même pour son frère Léo, notaire, et sa femme Marguerite, qui, de leur côté, vont participer activement à un réseau de résistance à Saint Maur, en région parisienne. En mai 1942, à Civray, Pierre Pestureau devient le responsable local d’une organisation de Résistance, en lien avec Maître Renard, de Poitiers. Il s’agit pour Louis Renard, « délégué de la France combattante », « d’organiser la délivrance du département ». Pierre Pestureau rassemble autour de lui Norbert Portejoie, Maurice Grillas, Muleton. Le réseau Louis Renard va être démantelé par les allemands quelques mois plus tard, et tous ses membres seront arrêtés. Après un enfermement à la prison de la Pierre Levée à Poitiers, Pierre Pestureau (comme ses compagnons du réseau) est déporté en Allemagne en février 1943, où il va être condamné à mort, le 13 octobre 43, par un tribunal militaire et guillotiné le 3 décembre 1943, à la prison de Wolfenbüttel. Ce sont dix résistants français de la première heure qui sont ainsi exécutés ce jour-là. Ça n’est que le matin même qu’ils ont été informés du décret d’exécution de la condamnation à mort, décret d’exécution rendu le 16 novembre 1943 par un « tribunal du peuple nazi ». Le 3 décembre 1943, vers 18h30, les condamnés ont été amenés à l’échafaud. Ils ont alors commencé à chanter la Marseillaise1." En son hommage, la rue dans laquelle lui et sa famille avaient vécu pris son nom.



          1— site du V.R.I.D., page sur Pierre Pestureau.

          mercredi 13 août 2014

          ABADIE (d')

          Famille originaire du Béarn, dont une branche vint se fixer dans la Vienne au début du XVIIIe siècle.
          Cette famille portait "d'or, à l'arbre de sinople, au lévrier de gueules colleté d'argent, attaché au tronc avec une chaîné de même et un chef d'azur".



          ABADDIE (Jean-Christophe d'), né vers 1781 et époux de Vélina Abaddie, chevalier de l'ordre royal de la Légion d'Honneur et membre du conseil général de la Vienne, mourut 16 février 1831 à Fantôme de Martaizé. Il était le fils de Jean d'Abaddie, président de Pau, et de Marie Tafourg, de Pau (Basses-Pyrénées).



          § Ier.

          1. — ABADIE (Roger d'), de Ségalas, fut l'époux de Marie de Minbielle, dont il eut :
          • Jean, qui suit.
          2. — ABADIE (Jean d'), fut l'époux de Marie de Minbielle. "Un jugement du 15 juillet 1905, dont il sera question plus bas, mentionne un Arnaud-Guilhem d'Abadie, qui était notaire à Salies en 1342 et un Arnaud-Guilhem d'Abadie, de Ségalas, qui figura au dénombrement du Béarn en 1375. Ce même jugerment donne la filiation depuis le 17 septembre 1595, date à laquelle fut baptisé, à Salies-de-Béarn, Jean d'Abadie, fils de Roger, de Ségalas, et de Marie de Minbielle". De son union, il eut :
          • Pierre, qui suit.
          3. — ABADIE (Pierre d'), dit le Béarnais, né à Sauveterre-de-Béarn, était décédé avant le 22 août 1701, date du mariage de son fils Joseph. Il avait épousé, par contrat du 18 mai 1655, à Mansles, et par cérémonie du 15 novembre suivant à Cellettes, Magdeleine Garnier, dont il eut :
          • Ester, baptisée le 23 août 1661 à Cellettes.
          • Marie, qui épousa, par contrat du 22 avril 1691, à Xambes, Antoine Augier.
          • Françoise, baptisée le 19 décembre 1669 à Mansle, qui épousa, le 26 août 1691, à Xambes, Pierre Péraud.
          • Joseph, qui suit.
          4. — ABADIE (Joseph d'), garçon chirurgien, naquit le 27 mars 1673 à Celletes et fut inhumé le 29 décembre 1728 à Ayron. Il avait épousé, le 22 août 1701, à Notre-Dame de Mirebeau, Charlotte Moison, fille de Jean, également chirurgien, et de feue Nicole Sergent, en présence de Louis d'Abadie, marchand vers Angoulême. De leur union, ils eurent :
          • Louis, qui suit.
          • Marie, baptisée le 27 juillet 1704 à Charme.
          5. — ABADIE (Louis d'), chirurgien, baptisé le 21 janvier 1703 à Charme, épousa, le 6 avril 1728, à Vouzailles, Marie-Anne Montaubin, fille de René et de Renée Servant, dont il eut :
          • René, qui suit.
          • Louis, rapporté en § II.
            1. Marguerite, qui épousa 1°) le 27 janvier 1761, à Vouzailles, Jacques Pillot, menuisier, fils de feu Jacques et de Marie Louri, puis, 2°) le 22 avril 1788, au même lieu, René Blanchard, huissier de la baronnie dudit lieu, veuf en dernières noces de Suzanne Toullet, et enfin 3°) le 24 nivôse de l'an VI, au même lieu, Pierre Cherpier, journalier, veuf de Perrine Bonneau.
            2. Marie-Anne, qui épousa, le 22 octobre 1771, à Vouzailles, Pierre Laurentin, de Cherves, fils de Jean et de Renée Joubert.
            3. Louise, qui épousa, le 22 octobre 1771, à Vouzailles, Louis Franchineau, veuf en dernières noces de Marie Charpier.
            6. — ABADIE (René d'), maître chirurgien, né vers 1736, épousa, le 4 novembre 1760, à Mazeuil, Jacquette Garnier, veuve de Charles Gimonière, et mourut le 24 octobre 1779, ayant eu :
            • René, qui suit.
            7. — ABADIE (René d'), huissier à cheval au Châtelet de Paris puis notaire royal, baptisé le 16 avril 1761 à Martaizé, épousa, le 21 juin 1784, à Moncoutour, Julie Villeret, fille de Jean, maître chirurgien, et Marie-Jeanne Brunet, dont il eut :
            • N., baptisé le 28 mars 1785 à Montgaugier-Maisonneuve.
            • René, qui suit.
            • Julie, baptisée le 28 novembre 1789 à Montgaugier-Maisonneuve.
            • Julie Éléonore, baptisée le 30 avril 1791 à Montgaugier-Maisonneuve, qui épousa, le 29 juin 1816 à Martaizé, Fidèle Armand de Marsay, chirurgien à Sauves, fils de Claude Urbain, chirurgien, et de Marguerite Auriau, et qui mourut en 1871.
            8. — ABADIE (René d'), avocat, né le 1er octobre 1788 à Montgaugier-Maisonneuve, épousa, le 26 juillet 1819, à Loudun, Hélène Ambroise Briant, fille de Louis, propriétaire, et de Marie-Jeanne Glétrage, dont il eut :
            • René Eugène, qui suit.
            • Julie Ambroisine, née le 10 novembre 1821 à Loudun et morte le 12 novembre suivant au même lieu.
            9. — ABADIE (René Eugène d'), avocat et juge suppléant à Loudun, né le 18 mai 1820 à Loudun et décédé le 22 février 1851 au même lieu, avait épousé, le 12 avril 1847, à Saint-Savin, Alphonsine Savin d'Orfond, fille de Jacques-Prosper et d'Anne-Marie de Gobertière la Mothe. De leur union, naquirent :
            • René Raoûl, né le 22 février 1848 à Loudun, qui était propriétaire et licencié en droit en cette ville lorsqu'il épousa, le 22 décembre 1872, à Thollet, Madeleine-Marie Millet, fille de Marie Joseph, propriétaire au château du Fouchard, et de Catherine Victoire Françoise Léontine Leulier du Ché. Il vivait au château de Chez Corat, en Haute-Vienne et fut créé marquis romain par bref pontifical en 1876. Son patronyme, ainsi que celui de son frère, ayant été inscrit à l'état civil sous le nom d'Abadie, en deux mots, un jugement du tribunal de Loudun, rendu le 16 mai 1867, sur la requpete de ministère public, ordonnait de rectifier leurs actes de naissance et d'y remplacer le nom de d'Abadie par celui de Dabadie. Ce jugement fut confirmé le 19 décembre 1867 par arrêt de la cour de Poitiers. Sur une réclamation du juge d'instruction de Bellac, Raoûl Dabadie fut condamnée à 1000 francs d'amande, le 30 avril 1904, par jugement du tribunal de cette ville, pour avoir modifié son patronyme en séparant par une apostrophe le première lettre de son nom, et pour avoir pris publiquement le titre de marquis. Il interjetta appel de cette condamnation devant la cour de Riom. Cette cour, dans son audience du 12 juillet 1905, considérant que de temps immémorial ses ancêtres avaient porté le nom de d'Abadie, en deux mots, le releva de la poursuite dirigée contre lui pour altération de nom et réduisit à 30 francs l'amende à laquelle il avait été condamné pour avoir pris le titre de marquis, non régularisé en France.
            • René Jacques Roger, qui suit.
            10. — ABADIE (René Jacques Roger d'), né le 8 mars 1849 à Saint-Savin, habitait le château du Verger, commune de Liglet. Il demandait vainement, le 9 juin 1891, l'autorisation de joindre à son nom celui de la famille de Gobertière. Il épousa, le 4 octobre 1880, à Saint-Savin, Marie-Mathilde de Beaufranchet, fille de Jules-Henri, vicomte de Beaufranchet, et de Caroline Duhail de Saint-Georges. De leur union, naquirent :
            • Henri, né le 30 janvier 1885.
            • Hubert, né le 1er janvier 1887.

            § II.

            6. — DABADIE (Louis), fils de Louis et de Marie-Anne Montaubin (3e degré, § Ier.), maître chirurgien, qui épousa 1°) le 19 février 1754, à Vouzailles, Renée Raffarin, fille de feu Hilaire et de Jacquette Gloria, avec dispense d'affinité du deux au troisième degré, puis 2°) le 20 avril 1763, audit lieu, Magdeleine Richard, fille des feux Pierre et Marie Bourge. Du premier lit, il eut :
            • Pierre Paul, qui suit.
            7. — DABADIE (Pierre Paul)décédé le 5 octobre 1808 à la Rondelle de Frozes, qui épousa, le 16 novembre 1784, à Vouzailles, Marie Pilot, fille de feu Pascal et de Françoise Gautier. De leur union, naquirent :
            • Pierre Charles, qui suit.
              1. Jean-Pierre, rapporté en § III.
              2. Marguerite née vers 1792 et décédée le 13 novembre 1825 à Frozes, qui épousa, le 22 février 1813, audit lieu, Antoine Reau, fils d'Antoine, laboureur, et de Perrine Laurentin.
              3. Louis, rapporté en § IV.
              8. — DABADIE (Pierre Charles)menuisier à la Rondelle de Frozes, né vers 1786, qui épousa, le 24 mars 1813, audit lieu, Marie Mineau, fille d'Antoine, cultivateur, et de Marie-Anne Amiet. De leur union, ils eurent :
              • Pierre, qui suit.
              • Marie Julienne, née le 16 février 1818 à la Rondelle de Frozes, qui épousa 1°) le 20 mai 1839, audit lieu, Jean Demeocq, cultivateur au Rochereau, fils de Pierre, marchand, et de Marie Moine, puis, veuve, 2°) le 10 septembre 1840, audit lieu, Louis Miens, menuisier, fils de Louis, cultivateur, et de Marie Mineau.
              • Marguerite, née le 25 mai 1827 à Frozes et décédée le 4 juillet 1864 à Champagny-le-Sec, avait épousé, le 18 septembre 1847, au Rochereau, Auguste Damelon, instituteur communal à Champigny-le-Sec, fils de Joseph, receveur buraliste, et d'Éléonore Guillemot.
              9. — DABADIE (Pierre)cultivateur, né le 5 juin 1814 à la Rondelle de Frozes, qui épousa, 1°) Marie Turpeau, puis 2°) le 29 avril 1846, au Rochereau, Rose Reau, fille d'Antoine, cultivateur, et de feu Marguerite Dabadie (voir ci-dessus). De leur union, ils eurent :
              • Marie-Julienne, du premier lit, née le 2 janvier 1839 à la Rondelle de Frozes, qui épousa, le 16 janvier 1860, Alexis Touillet, cultivateur, fils de Jean et de Jeanne Dadu.
              • Eugène Pierre, cultivateur à Ligniers, né le 5 octobre 1847 à la Rondelle du Rochereau, qui épousa, le 7 février 1870, audit lieu, Marie-Joséphine Reau, fille d'Antoine et de Marier-Joséphine Doussin.
              • Fidèle Adrien, cultivateur, né le 24 avril 1851 à la Rondelle du Rochereau, qui épousa, le 10 février 1873, audit lieu, Victoire Rousseau, fille d'Henri, cultivateur, et de Marie Etineau. De leur union, ils eurent : a) Claire Aurélie Sara, née le 12 décembre 1873 à Champigny-le-Sec, qui épousa, le 17 juillet 1893, audit lieu, Aimé Ernest Marcelin Ameteau, cultivateur, fils d'Abel Aimé, aussi cultivateur, et de Radégonde Reboux.
              • Joséphine Estelle, née le 3 avril 1854 à la Rondelle du Rochereau, qui épousa, le 10 février 1873, audit lieu, Jean-Élie Mériot, cultivateur, fils de Jean, tisserand, et de Marie René.

              § III.

              8. — DABADIE (Jean-Pierre), fils de Pierre Paul et de Marie Pillot (5e degré, § II.), cultivateur à la Rondelle de Frozes, né vers 1788, qui épousa, le 24 mars 1813, à Frozes, Marie-Jeanne Mineau, fille de Pierre et de Louise Naudon. De leur union, ils eurent :
              • Jean-Pierre, cultivateur, né le 13 mars 1815 à la Rondelle de Frozes, qui épousa, le 6 juillet 1844, à Champigny-le-Sec, Marie Pichot, fille de Jean, cultivateur, et de Marie Morin. De leur union, ils eurent : a) Marie-Florence, née le 7 juillet 1854 au Rochereau, qui épousa, le 2 février 1874, audit lieu, Louis Moine, cultivateur, fils de Louis, aussi cultivateur, et de Françoise Aiguillon.
              • Marie, née le 19 septembre 1818, à la Rondelle de Frozes, qui épousa, le 8 janvier 1839, audit lieu, Jacques Bouron, cultivateur, fils de Jacques, cultivateur, et de Marie Pichard.
              • Marie-Anne, née le 7 février 1823 à la Rondelle de Frozes, qui épousa, le 10 janvier 1844, audit lieu, Louis Pierre Berger, cultivateur, fils de Pierre, également cultivateur, et de Radégonde Godu.
              • Pierre, qui suit.
                9. — DABADIE (Pierre)cultivateur, né le 10 décembre 1825 à la Rondelle du Frozes, qui épousa, le 3 novembre 1851, au Rochereau, Marie-Anne Certier, fille de Pierre, cultivateur, et de Rose Mineau. De leur union, ils eurent :
                • Célestin Benoît, qui suit.
                • Frédéric, propriétaire, né vers 1856.
                • Marie, née le 4 avril 1859 à la Rondelle du Rochereau, qui épousa, le 25 février 1878, audit lieu, Jean Sylvain Moine, cultivateur, fils de Jean et de Marguerite Bois, puis, veuve, le 5 juin 1889, au Rochereau, Paul Alexandre Rivière, propriétaire, fils de Pierre et de Marie Texereau.
                10. — DABADIE (Célestin Benoît), cultivateur à la Rondelle du Rochereau, né le 23 octobre 1853 audit lieu, qui épousa, le 16 juillet 1876, à Vouzailles, Adolphine Sertier, fille de Louis, cultivateur, et de Marie Rafarin. De leur union, ils eurent :
                • Adéline Eulalie, née le 6 août 1879 à Vouzailles, qui épousa, le 6 novembre 1900, audit lieu, Emmanuel Alexis Marcel Meunier, cultivateur, fils d'Alexis, aussi cultivateur, et de Modeste Laurentin.

                § IV.

                8. — DABADIE (Louis), fils de Pierre Paul et de Marie Pillot (5e degré, § II.), cultivateur à la Rondelle de Frozes, né le 22 septembre 1795 audit lieu et décédé le 13 novembre 1844 au Rochereau, qui y épousa, le 6 mai 1828, Marguerite Roland, fille de Clément, maréchal, et de Marguerite Pilot. De leur union, ils eurent :
                • Marie, née vers 1830, qui épousa, le 6 juillet 1851, à Vouzailles, Louis Demeocq, cultivateur à la Rondelle du Rochereau, fils de Louis et de Rose Hodin.
                • François, qui suit.
                9. — DABADIE (François)cultivateur, né le 11 février 1840 à la Rondelle du Rochereau, qui épousa, le 30 juin 1862, à Champigny-le-Sec, Victorine Fournier, fille de Pierre, cultivateur, et de Marie René. De leur union, ils eurent :
                • Alfred André, cultivateur, né le 30 novembre 1865 à la Rondelle du Rochereau, qui épousa, le 9 février 1902, à Champigny-le-Sec, Aurélie Noémie Radégonde Hérault, fille d'Augustin, cultivateur, et d'Angéline Servant.
                • Gaston Florent, né le 5 février 1873 à la Rondelle du Rochereau, qui épousa, le 25 octobre 1901, audit lieu, Marie Auger, fille d'Alphonse, négociant, et de Radégonde Pouzet.



                Sources : Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, Beauchet-Filleau, 2nde édition, tome 1, p. 1, Dictionnaire des familles françaises anciennes et notables à la fin du XIXe siècle, tome 12, Gustave Chaix d'Est-Ange, 1913.

                lundi 11 août 2014

                SEBILLEAU

                Famille marchande originaire de Beauvais-sur-Matha, en Charente-Maritime.



                Individus et familles isolés

                SEBILLEAU (Marguerite), épousa, le 7 février 1662, à Beauvais-sur-Matha, Pierre Dussou.


                SEBILLEAU (Jeanne), épousa, le 22 février 1667, à Beauvais-sur-Matha, Jacques Arramy.

                SEBILLEAU (Marguerite), née vers 1670 et inhumée le 13 septembre 1695 à Bazauges, fut l'épouse de François Contré.

                SEBILLEAU (Françoise), née vers 1688, fut inhumée le 27 mars 1723 à Bresdon.

                SEBILLEAU (Pierre), de la paroisse de Ranville (Charente), fut l'époux de Jeanne Aubin, dont il eut : a) Louise, qui épousa, le 7 janvier 1743, à Beauvais-sur-Matha, Jean Peluchon, veuf de Marie Audouin, en présence de Louis Sebilleau et de René Gaboriau, frère et cousin germain de l'épouse.

                SEBILLEAU (Françoise), fut l'épouse de Louis Bantet, qui faisait baptisé leur fils Michel le 19 août 1720 à Bresdon, en présence de Michel et de Marie Sebilleau.


                SEBILLEAU (Pierre), greffier de Fontaine, assista, avec François Contré, au mariage de Jean Fabureau, fils de Pierre et de Marie Gestrea, de Ranville, avec Jeanne Marais, fille de feu François et de Marie Barrau, le 6 février 1696 à Bazauges.
                  SEBILLEAU (Pierre), procureur au comté de Fontaine, épousa, le 6 juillet 1733, à Fontaine-Chalendray, Françoise Rousseau. De leur union, ils eurent : a) Pierre, baptisé le 28 juillet 1737 à Fontaine-Chalendray. b) Françoise, baptisée le 15 juillet 1738 à Fontaine-Chalendray.
                    SEBILLEAU (Michel), marchand de chez Gâtineau, qui avait épousé Jeanne Guérin, ayant eu : a) Pierre, baptisé le 7 août 1760 à Bresdon.

                    SEBILLEAU (Marie), née vers 1732 et inhumée le 30 janvier 1779 à Bresdon, en présence de Jean Sebilleau, son frère, et de Pierre Barit, son cousin germain.

                    SEBILLEAU (Marguerite), demeurant chez Merlet, née vers 1740, mourut le 3 février 1778 et fut inhumée le lendemain au cimetière de Bresdon, en présence d'Antoine Sebilleau, son fils, et d'un autre Antoine Sebilleau, son cousin.




                    § Ier.

                    1. — SEBILLEAU (Michel), fut l'époux de Louise Hebras. De leur union, ils eurent au moins :
                    1. Daniel, qui suit.
                    2. — SEBILLEAU (Daniel), était cordonnier lorsqu'il épousa, le 21 février 1667, à Beauvais-sur-Matha, Suzanne Fabureau, fille de Guillaume et d'Isabelle Bastard. De leur union, naquirent :
                    1. Jean, qui suit.
                    2. Antoine, rapporté en § V.
                    3. probablement Michel, qui épousa, le 28 avril 1692, à Mérignac (Charente), Magdeleine Roy, dont il eut : a) Michel, baptisé le 27 mai 1694 à Bresdon, qui eut pour parrain et marraine Michel Sebilleau et Andrée Contré.
                    4. Catherine, baptisée le 17 août 1670 à Beauvais-sur-Matha.
                    5. Henriette, baptisée le 23 août 1676 à Beauvais-sur-Matha.
                    6. Marguerite, baptisée le 22 février 1678 à Beauvais-sur-Matha.
                    7. Marie, baptisée le 20 mai 1681 à Beauvais-sur-Matha.
                    3. — SEBILLEAU (Jean)né vers 1667 et inhumé le 6 novembre 1717 à Bresdon, qui avait épousé Marie Contré. De leur union, ils eurent :
                    1. peut-être Michel, qui suit.
                      1. probablement Antoine, rapporté en § II.
                        1. Marguerite, baptisée le 14 septembre 1691 à Bresdon.
                        2. ainsi que Julien, rapporté en § IV.
                        3. probablement Marie, qui épousa, le 16 juin 1727, à Bresdon, Antoine Dupuy, de la paroisse de Chassors, en présence de Michel et de Julien Sebilleau.
                          4. — SEBILLEAU (Michel), marchand à Chez Merlet, baptisé le 18 octobre 1685 à Bresdon, fut inhumé le 3 mai 1762 au même lieu à l'âge de 77 ans, en présence de Jean et de Michel Sebilleau, ses enfants. Il avait épousé, 1°) le 25 juin 1714, à Mareuil (Charente), Marguerite Courjaud, puis, 2°) par contrat du 10 décembre 1720, à Ebréon, Anne Laidet, 3°) le 7 janvier 1727, à Barbezières, Marie Chaillot, et enfin 4°) par contrat du 17 juillet 1751, à Mérignac, et par cérémonie du 21 dudit mois à Barbezières, Marie Giraud. De ses unions, il eut :
                          1. Marguerite, du premier lit, baptisée le 21 avril 1716 à Bresdon, qui épousa, le 3 novembre 1744, audit lieu, Mathieu Fleuriaud, maréchal à Neuil, fils de feu Jean et de feue Élisabeth Massonneau.
                          2. Marie, baptisée le 19 septembre 1721 à Bresdon.
                          3. Magdeleine, née vers 1722, qui épousa, le 7 février 1747, à Bresdon, Pierre Montaxier, marchand de Chassors, veuf de Marie Barit, en présence, notamment, de Jean Normand, son beau-frère, de Jean et autre Jean Sebilleau, ses père et frère, Antoine et autre Antoine Sebilleau, ses oncle et cousin germain.
                          4. Marie, du second lit, qui épousa, le 3 novembre 1744, à Bresdon, François Fleuriaud, aussi maréchal à Neuil, fils de feu Jean et de feue Élisabeth Massonneau.
                          5. Michel, qui suit.
                          6. Magdeleine, baptisé le 22 novembre 1737 à Bresdon, qui eut pour parrain et marraine Antoine Sebilleau et Magdeleine Sebilleau. Elle épousa, le 16 février 1762, audit lieu, Jacques Charpentier, de la paroisse d'Augé (Charente), fils de Louis et de Jeanne Normand.
                          7. Pierre, laboureur à bras à Chez Merlet, baptisé le 11 avril 1740 à Bresdon, qui mourut le 20 avril 1778 et qui fut inhumé le lendemain audit lieu, en présence de François Petit, son beau-frère, et d'Antoine Sebilleau, son frère.
                          8. Marie, qui épousa, le 8 février 1751, à Barbezières, François Petit.
                          9. Jean, qui épousa, 1°) le 21 janvier 1754, à Barbezières, Marie de Ranville, inhumée le 25 octobre 1761 à Barbezières, puis 2°) le 8 novembre 1762, à Ranville, Marie Malterre, qui fut inhumé le 20 février 1769 à Barbezières. De ses unions, il eut : a) Jean, du premier lit, baptisé le 22 décembre 1757 à Ranville, qui épousa, le 21 juin 1791, audit lieu, Marie Routurier. b) Louis, baptisé le 15 novembre 1759 à Barbezières. c) Jacques Alexandre, du second lit, baptisé le 5 septembre 1763 à Barbezières. d) Marie, baptisée le 23 octobre 1765 à Barbezières et inhumée le 20 janvier 1772 audit lieu. e) Jacques, baptisé le 19 février 1769 à Barbezières.
                          10. Antoine, né et baptisé le 27 décembre 1731 à Bresdon, qui eut pour parrain et marraine Antoine Sebilleau et Magdeleine Sebilleau. Il épousa, 1°) par contrat du 30 décembre 1765, à Rouillac, et par cérémonie du 25 janvier 1766, à Montigné, Françoise Saulnier, inhumée le 21 décembre 1775 à Barbezières, puis 2°) par contrat du 24 janvier 1779 à Marcillac-Lanville et par cérémonie du 15 février suivant à Barbezières, Marguerite Marot. De ses unions, naquirent 
                            : a) 
                            Françoise, du premier lit, baptisée le 2 janvier 1768 à Montigné. b) Marie-Françoise, baptisée le 22 décembre 1771 à Barbezières. c) Jean, baptisé le 22 janvier 1775 à Barbezières. d) Pierre, du second lit, baptisé le 2 janvier 1780 à Barbezières.
                          5. — SEBILLEAU (Michel), dit le jeune, du troisième lit, laboureur, qui épousa, le 16 février 1762, à Bresdon, Marie Charpentier, fille de Louis et de feue Jeanne Normand. De leur union,  ils eurent :
                          1. Michel, baptisé le 16 octobre 1763 à Barbezières et inhumé le 21 dudit mois au même lieu.
                          2. Louis, baptisé le 7 novembre 1764 à Barbezières, qui épousa, le 25 février 1811, à Saint-Martin de Cognac, Jeanne Maigniez, dont il  eut : a) Louise, qui épousa, le 18 septembre 1838, à Cognac, Jacques Boumard. b) Michel, né le 4 juillet 4 juillet 1823 à Cognac.
                          3. Marie, baptisée le 2 octobre 1767 à Barbezières, qui épousa, le 3 mars 1794, audit lieu, François Chevalier.
                          4. Jeanne, baptisée le 14 mars 1770 à Barbezières et inhumée le 4 novembre 1790 audit lieu.
                          5. Catherine, baptisée le 14 septembre 1777 à Barbezières, qui épousa, le 3 mars 1794, audit lieu, Pierre Chevalier.
                          6. Louise, baptisée le 20 avril 1782 à Barbezières.

                          § II.

                          4. — SEBILLEAU (Antoine), fils probable de Jean et de Marie Contré (3e degré, § Ier.), laboureur et marchand de Vinerville, né vers 1691 et inhumé le 26 octobre 1761 à Bresdon, en présence de Jean et Antoine, ses enfants, avait épousé 1°)  le 25 juin 1714, à Mareuil (Charente), Marie Courjaud, née vers 1699 et inhumée le 29 août 1719 à Bresdon, puis 2°) par contrat du 10 décembre 1720, à Ebréon, Marie Laidet. Du second lit, il eut :
                          1. Antoine, baptisé le 20 février 1722 à Bresdon.
                          2. Anne, baptisée le 10 décembre 1723 à Bresdon, qui épousa, le 24 janvier 1746, audit lieu, Jean Debard, fils d'Alban et de Marie Jazier.
                          3. Marie, née le 28 juillet 1725 et baptisée le lendemain à Bresdon, qui épousa, le 24 janvier 1746, audit lieu, Jacques Debard, fils d'Alban et de Marie Jazier.
                          4. Antoine, qui suit.
                          5. Jean, rapporté en § III.
                          5. — SEBILLEAU (Antoine)marchand, né le 27 avril 1730 et baptisé le lendemain à Bresdon, eut pour parrain et marraine Antoine Sebilleau, du village de Luchat, paroisse de Chassors, et Marguerite Sebilleau, de Chez Merlet. Il mourut le 12 janvier 1777 et fut inhumé le lendemain au cimetière de Bresdon, en présence de Pierre et d'Antoine Sebilleau, ses enfants. Il avait épousé, 1°) le 17 septembre 1753, à Courcerac, Marie Charpentier, puis 2°) par contrat du 7 février 1760 à Mérignac, et par cérémonie du 11 suivant, à Bresdon, Marie Martin, en présence de Jean Sebilleau, son frère, et d'Antoine Sebilleau, son parrain et cousin germain. De leur union, ils eurent :
                          1. Pierre, cultivateur, adjoint à la commune de Bresdon, baptisé le 1er mars 1762 à Bresdon et décédé le 13 mars 1817 audit lieu, qui avait épousé, le 2 pluviôse de l'an II, audit lieu, Marie Sebilleau, fille de Jean et de Marie Parenteau.
                          2. Antoine, qui suit.
                          3. Jean, né le 13 juillet 1768 et baptisé le lendemain à Bresdon.
                          4. Michel, né le baptisé le 15 juillet 1771 à Bresdon.
                          5. Marie-Marguerite, baptisée le 9 octobre 1774 à Bresdon, qui épousa, le 2 pluviôse de l'an II, audit lieu, Pierre Jean Sebilleau, cultivateur à Chez Merlet, fils de Jean et de Marie Parenteau.
                          6. — SEBILLEAU (Antoine), cultivateur au Revierre de Saint-Ouen, né et baptisé le 30 octobre 1764 à Bresdon, qui eut pour parrain et marraine Antoine Sebilleau, marchand de chez Merlet, et Marie Laidet, veuve de feu Antoine Sebilleau, marchand de chez Merlet. Il mourut le 16 août 1812 à Saint-Ouen et avait épousé, le 2 pluviôse de l'an II, à Bresdon, Anne Sebilleau, fille de Jean et de Marie Parenteau. De leur union, ils eurent :
                          1. Antoine, qui suit.
                          2. Pierre, né le 22 pluviôse de l'an VI à Saint-Ouen et décédé le 10 mai 1864 audit lieu, qui y avait épousé, le 17 janvier 1825, Angélique Sebilleau, fille de Jean et d'Angélique Lhoumeau (6e degré, § IX.). De leur union, naquirent : a) Pierre, propriétaire aux Rivières, né le 18 juin 1829 à Saint-Ouen. b) Michel, propriétaire à Seigné, né le 27 novembre 1831  à la Rivière de Saint-Ouen. c) François, propriétaire, né le 4 juin 1837 à Saint-Ouen, qui épousa, le 26 septembre 1876, à Brie-sous-Matha, Marie Tournerie, fille de Michel, propriétaire, et de Marie Brunet.
                          3. Anne, née le 24 germinal de l'an XII à Saint-Ouen et décédée le 6 octobre 1884 à Siecq, qui épousa, le 17 janvier 1825 à Saint-Ouen, Pierre Sebilleau, fils de Jean et d'Angélique Lhoumeau (6e degré, § IX.).
                          7. — SEBILLEAU (Antoine), adjoint au maire de Bresdon, né vers 1795 à Saint-Ouen et décédé le 14 octobre 1867 à Bresdon, avait épousé Marie Graud. De leur union, ils eurent :
                          1. Antoine, propriétaire, né le 7 juillet 1824 à Saint-Ouen, qui épousa, le 8 février 1868, à Bresdon, Viève Béguier, fille de Louis, cultivateur, et d'Anne Guillon.
                          2. Marie, née le 13 mars 1826 à Saint-Ouen, qui épousa, le 21 mai 1855, à Bresdon, Pierre Sebilleau, fils de Pierre et d'Anne Sebilleau (7e degré, § IX.).
                          3. Pierre, qui suit.
                          8. — SEBILLEAU (Pierre), dit Bel-Air, né le 29 juin 1831 à Bresdon et décédé le 24 mai 1865 au même lieu, avait épousé Marie Pélagie Petit. De leur union, ils eurent :
                          1. Alcide, né le 19 mars 1861 à Bresdon et décédé le 23 octobre 1861 au même lieu.
                          2. Georges Adémar, né le 23 décembre 1863 à Bresdon, qui épousa, le 18 août 1890, à Saint-Ouen, Marie-Louise Barré, fille de Pierre Michel, propriétaire à la Bréchoire de Saint-Médard (Charente) et de Madeleine Léonie Sebilleau (v. 8e degré, § VI.).

                          § III.

                          5. — SEBILLEAU (Jean), né vers 1731, mort au Moulin-Neuf de Mons et inhumé le 7 mai 1775 audit lieu, fils d'Antoine et de Marie Laidet (4e degré, § II.), avait épousé, le 17 septembre 1753, à Courcerac, Suzanne Charpentier, née vers 1739 et morte à minuit du 20 germinal de l'an V, en sa maison au Moulin-Neuf, commune de Mons. De leur union, ils eurent :
                          1. Pierre, qui suit.
                          2. Marie-Thérèse, baptisée le 17 avril 1758 à Courcerac et décédée le 17 décembre 1822 chez sa belle-soeur au Moulin-Neuf de Mons, avait épousé, le 12 novembre 1807, à Mons, Pierre Billaud, farinier à Bardon de Courcerac, fils de Pierre et de Marie Labaux.
                          3. Jean, farinier, né le 7 juillet 1763 et baptisé le lendemain à Mons, qui décéda au Moulin-Neuf de Mons et qui fut inhumé le 8 avril 1791 en la dite paroisse. Il avait épousé, le 4 février 1788, à Siecq, Marie Sebilleau, fille de Jean et de Françoise Gautier (5e degré, § IX.). De leur union, ils eurent : a) Marie, née le 26 décembre 1788 au Moulin-Neuf de Mons et baptisée le lendemain en la dite paroisse, épousa, le 6 avril 1807, audit lieu, Jacques Jacques, propriétaire à Saint-Même, fils de Jean, propriétaire, et de Marguerite Geai. Jean Sebilleau, son grand-père maternel, de Siecq, y assista. Elle mourut le 23 septembre 1862 à Mons.
                          6. — SEBILLEAU (Pierre)meunier, né vers 1755 et décédé le 12 décembre 1821 au Moulin-Vieux de Mons, qui avait été officier municipal et adjoint de cette commune. Il avait épousé, le 4 février 1788, à Siecq, Magdeleine Sebilleau, fille de Jean et de Françoise Gautier (5e degré, § IX.). De leur union, ils eurent :
                          1. Marie-Magdeleine, née le 19 germinal de l'an II (8 avril 1794) à Mons, qui épousa, le 1er mars 1813, audit lieu, Jean Barit, propriétaire et agriculteur à Bresdon, fils de feu Jean, propriétaire, et de Louise Brison, en présence de Jacques Jacques, cousin germain par alliance, et de Jacques Lhoumeau, oncle par alliance. Elle mourut le 22 avril 1876 à la Fontenelle de Mons.
                          2. une fille née sans vie le 8 frimaire de l'an V au Moulin-Neuf de Mons.

                          § IV.

                          4. — SEBILLEAU (Julien), fils probable de Jean et de Marie Contré (3e degré, § Ier.), marchand à Chez Merlet à Bresdon, naquit vers 1703 et mourut le 5 juin 1781. Il fut inhumé le lendemain à Bresdon, en présence de François Boucherie, tonnelier, son gendre, de Marie Sebilleau, femme de Pierre Clerjaud, sa fille, et d'Antoine Sebilleau, son cousin. Il avait épousé Catherine Bérard, dont il eut :

                          1. Michel, né et baptisé le 21 janvier 1731 à Bresdon, qui eut pour parrain et marraine Michel Sebilleau de chez Merlet, et Marie Bérard de la paroisse de Gibourne.
                          2. Julien, qui suit.
                          3. Antoine, marchand et laboureur à boeufs à Chez Merlet, baptisé le 26 mars 1734 à Bresdon, eut pour parrain Antoine Sebilleau, marchand de Chez Merlet, et pour marraine Marie Laidet, femme d'un autre Antoine Sebilleau. Il mourut le 17 février 1777 et fut inhumé le lendemain au cimetière de Bresdon. Il avait épousé Magdeleine Robert, dont il eut : a) Antoine, né le 11 janvier 1764 et baptisé le lendemain à Bresdon, qui fut inhumé le 12 avril 1781 audit lieu. b) Marie, née et baptisée le 26 mars 1765 à Bresdon. c) Julien, né le 30 mai 1767 et baptisé le même jour à Bresdon, qui eut pour parrain et marraine Julien Sebilleau, marchand à Chez Merlet, et Jeanne Sebilleau. c) Anne, née le 9 juillet 1768 et baptisée le lendemain à Bresdon, qui épousa, le 5 février 1787, à Bresdon, Pierre Peltier, fils de Pierre et de feue Marie-Louise Bausière, en présence de Michel et Jean Sebilleau, oncles, de Jean Boucherie, cousin germain. Elle fut inhumée le 25 décembre 1788 audit lieu. d) Magdeleine, née vers 1771 et décédée le 10 août 1806 à Bresdon, qui avait épousé Jean Compagnon. e) Marie-Anne, née le 26 août 1773 et baptisée le même jour à Bresdon, qui épousa, le 30 germinal de l'an VIII, à Beauvais-sur-Matha, Jean Reau, tailleur d'habits, fils de Jean et de Marie Brisson. f) Michel, né le 10 juillet 1775 et baptisé le lendemain à Bresdon.
                          4. Pierre.
                          5. Catherine, née le 18 janvier 1732 et baptisée le lendemain à Bresdon.
                          6. Anne, née vers 1731 et décédée le 15 avril 1816 à Chez Marlet de Bresdon, qui y avait épousé, 1°) Jean Boucherie, puis, veuve 2°) le 20 octobre 1762, Jean Robert, marchand, veuf de Marie Roturier, en présence de Julien et Antoine Sebilleau, père et frère de ladite épouse.
                          7. Marguerite, baptisée le 7 juillet 1735 à Bresdon, qui épousa, le 5 mars 1764, à Bresdon, François Boucherie, tonnelier, fils de François, laboureur à boeufs, et de Marie Clerjaud.
                          8. Jean, baptisé le 8 septembre 1736 à Bresdon.
                          9. Michel, baptisé le 4 novembre 1737 à Bresdon et décédé le 21 janvier 1818 à Chez Merlet de Bresdon, qui avait épousé Françoise Semier.
                          10. Marie, baptisée le 22 novembre 1738 à Bresdon, ayant eu pour parrain et marraine Michel Sebilleau et Marie Sebilleau.
                          11. Louis, baptisé le 27 mars 1744 à Bresdon.
                          5. — SEBILLEAU (Julien), qui épousa, le 28 mai 1770, à Bresdon, Marie Durand, fille de feu René et de Marguerite Robiquet, en présence de Julien Sebilleau, son père, d'Antoine, Pierre et Jean Sebilleau, ses frères, et de Jacques Charpentier, son cousin germain. De leur union, ils eurent :
                          1. Pierre, qui suit.
                          2. Marie, née vers 1775 à Beauvais-sur-Matha et décédée le 12 juin 1815 au même lieu, qui y avait épousé, le 20 ventôse de l'an VII, Pierre Joubert, fils de Pierre, journalier, et de Marie Geoffrion.
                          6. — SEBILLEAU (Pierre), cultivateur, né le 21 septembre 1773 à Beauvais-sur-Matha, qui épousa 1°) le 26 ventôse de l'an IX, audit lieu, Marie Boulet, fille de feu Michel, et de Louise Marais, puis, veuf, 2°) le 29 prairial de l'an XII, à Beauvais-sur-Matha, Marie Guérin, fille de Pierre et de Louise Pannier, et enfin 3°) le 19 janvier 1824, au même lieu, Magdeleine Arcendeau, fille naturel de Catherine Arcendeau, originaire de Brie. De ses unions, naquirent :
                          1. Marie, du premier lit, née le 7 nivôse de l'an X (28 octobre 1801), à Beauvais-sur-Matha, qui épousa, le 25 juin 1821, audit lieu, Pierre Fouchier, cultivateur à Génac, fils de Jacques, également cultivateur, et de Marie Feret.
                          2. Marie-Magdeleine, du second lit, née le 5 fructidor de l'an XIII à Beauvais-sur-Matha, qui y épousa, le 25 juin 1821, François Fouchier, cultivateur à Genac, fils de Jacques, également cultivateur, et de Marie Feret.
                          3. Marguerite, née le 21 septembre 1809 à Beauvais-sur-Matha, qui décéda dans la maison de son père, dans le bourg dudit lieu, le 23 avril 1810.
                          4. Marie, du troisième lit, née le 1er décembre 1824 à Beauvais-sur-Matha.

                          § V.

                          3. — SEBILLEAU (Antoine), fils de Daniel et de Suzanne Fabureau (2e degré, § Ier.), marchand, avait épousé Andrée Contré, dont il eut :
                          1. Marguerite, née vers 1688, qui mourut le 3 janvier 1766 et qui fut inhumée le lendemain à Bresdon, à l'âge de 78 ans. Elle avait épousé Claude Barit.
                          2. Antoine, qui suit.
                          3. Magdeleine, baptisée le 8 mars 1695 à Bresdon, qui eut pour parrain et marraine Miche Sebilleau et Magdeleine Roy. Elle avait épousé 1°) Jean Laidet, puis 2°) le 15 mai 1745, à Marcillac-Lanville (Charente), Louis Deschamps.
                          4. Marie, qui épousa, par contrat du 29 août 1718, à la Faye, Isaac Louis Bastier, fils de Jacques et de Marie Gresson (mes ancêtres).
                          5. Jean, rapporté en § X.
                          6. Michel, rapporté en § XI.
                          7. Pierre, sieur de la Rente, né vers 1706 et inhumé le 13 juillet 1770 dans l'église de Fontaine-Chalendray, vivait au Petit Chareuil dudit lieu. Il y avait épousé, le 15 juillet 1726, Françoise Griffon, née vers 1707 et inhumée le 5 mars 1747 dans l'église de Fontaine. De leur union, naquirent : a) Pierre, né vers 1728 et inhumé le 1er août 1750 dans l'église de Fontaine-Chalendray. b) Marie, baptisée le 1er janvier 1730 à Fontaine-Chalendray. c) Françoise, baptisée le 1er février 1731 à Fontaine-Chalendray, qui fut inhumé le 8 août 1750 dans l'église dudit lieu. d) Magdeleine, baptisée le 9 janvier 1734 à Fontaine-Chalendray et décédée le 24 septembre 1815 audit lieu, qui y avait épousé, le 16 juin 1767, Louis Bastard, fermier général du comté de Fontaine-Chalendray, fils de feu Jean et de Marie Lhoumeau. e) autre Marie, baptisée le 23 octobre 1736 à Fontaine-Chalendray, qui fut probablement celle qui était inhumée le 23 octobre 1772 audit lieu, à l'âge de 36 ans. f) Antoine, baptisé le 2 mars 1740 à Fontaine-Chalendray. g) Anne, baptisée le 11 novembre 1742 à Fontaine-Chalendray. h) Marie, née vers 1742, qui épousa, le 4 septembre 1772, à Bazauges, Louis Rigoudeau, notaire royal, veuf de Françoise Bourdeau, fils de Louis et de feue Marguerite Bourdeau. i) autre Anne, baptisée le 27 juillet 1745 à Fontaine-Chalendray. j) Jeanne, baptisée le 5 novembre 1746 à Fontaine-Chalendray.
                          8. Andrée, baptisée le 12 octobre 1709 à Bresdon, qui eut pour parrain et marraine Claude Barit et Marguerite Sebilleau.
                          4. — SEBILLEAU (Antoine), né vers 1696, mourut le 2 octobre 1775 et fut inhumé le lendemain au cimetière de Bresdon. Il avait épousé, le 29 août 1718, par contrat de mariage, devant Demondion, notaire à la Faye, Anne Bastier, fille de Jacques, sieur du Vignaud, et de Marie Gresson, en présence de Pierre Sebilleau, frère, de Jean Laidet et de Claude Barit, beaux-frères, de Michel et Antoine Sebillaud, de Jean Dubocq, procureur fiscal du siège de Cressé, et de Louis Barit, cousins germains par alliance. Cette dernière, née vers 1697, fut inhumée le 12 janvier 1776 à Bresdon, en présence d'Antoine, Jean et Michel Sebilleau, ses enfants. De leur union, ils eurent :
                          1. Antoine, qui suit.
                          2. Marie, qui épousa, le 26 novembre 1742, à Bresdon, Pierre Besson.
                          3. Magdeleine, qui épousa, le 20 novembre 1752, à Bresdon, Jean Gestreau.
                          4. Anne, qui épousa, le 20 novembre 1752, à Bresdon, Antoine Gestreau.
                          5. Michel, rapporté en § VIII.
                          6. Jean, rapporté en § IX.
                          7. Pierre, né vers 1736, qui était présent au mariage de ses neveux Antoine et Michel Sebilleau. Il mourut le 2 juin 1789 au village de chez Merlet, chez son frère Michel, et fut inhumé le même jour audit lieu en présence dudit Michel, d'Antoine et de Jean Sebilleau, ses frères, de Pierre Besson, son beau-frère et de Pierre Gestreau, son neveu.
                          5. — SEBILLEAU (Antoine), laboureur et marchand de Chez Merlet, baptisé le 20 octobre 1720 à Bresdon et décédé le 10 février 1812 audit lieu, achetait le château et les dépendances du Breuil avec son beau-frère Pierre Besson, de Rouillac, pour la comme de 35.555 francs, par acte passé devant Corbineau, notaire à Fontaine-Chalendray, le 19 fructidor de l'an XI. Pierre Besson fut plus tard le seul possesseur du domaine du Breuil, qui passa ensuite entre les mains de Collin, son gendre, et dont la fille a épousé M. Coyaud1. Il avait épousé, le 9 janvier 1758, à Siecq, Marguerite Gautier, née vers 1734 et inhumée le 9 avril 1780 à Bresdon, dont il eut :
                          1. Antoine, qui suit.
                          2. Michel, rapporté en § VI.
                            1. Jean, né et baptisé le 30 juillet 1761 à Bresdon.
                            2. Pierre, né le 21 octobre 1764 et baptisé le lendemain à Bresdon, qui mourut le 12 août 1772 et qui fut inhumé le lendemain au même lieu.
                            3. Marie, née le 2 avril 1767 et baptisée le même jour à Bresdon.
                            6. — SEBILLEAU (Antoine), baptisé le 12 mai 1760 à Bresdon et décédé le 20 août 1842 au même lieu, qui avait épousé, le 21 mai 1787, à Bresdon, Catherine Saisy, fille d'Alexis et de Marie Journier, en présence de Jean Sebilleau, frère, de Pierre Sebilleau, oncle, de Jean Sebilleau-Bel-Air, oncle breton et de Pierre Sebilleau, cousin germain. De leur union, ils eurent :
                            1. Marie, baptisée le 2 mars 1788 à Bresdon.
                            2. Antoine, qui suit.
                            7. — SEBILLEAU (Antoine), maire de la commune de Bresdon, baptisé le 5 novembre 1789 à Bresdon et mort le 14 août 1855 à Chez Merlet dudit lieu, avait épousé Marie Bouteland. De leur union, naquirent :
                            1. Marie, née le 3 novembre 1814 à Bresdon et décédée le 3 janvier 1838 au même lieu.
                            2. Antoine, né le 20 août 1816 à Bresdon.
                            3. Félicité, née le 15 mars 1822 à Bresdon et décédée le 29 juillet 1893 à Saint-Jean-d'Angély, qui avait épousé, le 3 juin 1844, à Bresdon, Denis Auguste Giron, propriétaire à Saint-Jean-d'Angély, né vers 1815.
                            4. Émélie, née le 24 octobre 1825 à Bresdon.

                            § VI.

                            6. — SEBILLEAU (Michel), marchand au Breuil-Bastard, fils d'Antoine et de Marguerite Gautier (5e degré, § V.), épousa, le 21 mai 1787, à Bresdon, Marie Saisy, fille d'Alexis et de Marie Journier. De leur union, ils eurent :
                            1. Marie, baptisée le 2 novembre 1789 à Bresdon.
                            2. Alexis, qui suit.
                              Michel, né vers 1798 et décédé le 28 juillet 1815 à Bresdon.
                            3. Pierre, rapporté en § VII.
                              7. — SEBILLEAU (Alexis), propriétaire au Breuil Bastard de Bresdon, né et baptisé le 4 octobre 1792 à Bresdon et mort le 6 mars 1873 à Saint-Ouen, avait épousé, le 12 décembre 1815, en cette dernière commune, Marie Boucherie, fille de Michel, propriétaire, et de Marie-Louise Charpentier, dont il eut :
                              1. Alexis, né le 20 novembre 1816 à Bresdon, qui épousa, le 16 juillet 1839, audit lieu, Marie Sebilleau, fille de Pierre et de Marie-Magdeleine Martineau (6e degré, § X.). De leur union, ils eurent : a) Pierre Alexis Hyppolite, né le 28 juin 1841 à Bresdon. b) Marie Eulalie Emma, née le 30 novembre 1844 à Bresdon, qui épousa, le 4 septembre 1865, audit lieu, Jean-Louis Aristide Aubin, fils de feu Jean et de Marie-Joséphine Petit.
                              2. Michel Félix, qui suit.
                              3. Michel Éléonore, né le 5 décembre 1824 à Saint-Ouen, qui était propriétaire à Beaulieu de Saint-Ouen en 1890.
                              8. — SEBILLEAU (Michel Félix)né le 30 mars 1819 à Saint-Ouen, qui épousa, le 16 juillet 1839, à Bresdon, Marie-Magdeleine Sebilleau, fille de Pierre et de Marie-Magdeleine Martineau (6e degré, § X.). De leur union, ils eurent :
                              1. Léonie Madeleine, née le 30 juillet 1843 à Saint-Ouen, qui épousa, le 26 juillet 1870, audit lieu, Pierre Michel Barré, veuf de Marie-Louise Léontine Tallon, fils de Pierre, propriétaire, et de Marie Boucherie.
                              2. Michel Félix Modeste, qui suit.
                              9. — SEBILLEAU (Michel Félix Modeste), né 6 juin 1845 à Saint-Ouen et décédé le 20 septembre 1880 au même lieu, avait épousé, le 7 juin 1870, à Bresdon, Louise Rougeon, fille de Pierre, propriétaire, et de Madeleine Caillé. De leur union, ils eurent :
                              1. Hermann Félix, né le 26 mars 1871 à Saint-Ouen.
                              2. Alix, née le 1er avril 1878 à Beaulieau, commune de Saint-Ouen et décédée le 23 mai 1880 au même lieu.

                              § VII.

                              7. — SEBILLEAU (Pierre), fils de Michel et de Marie Saisy (6e degré, § VI.), propriétaire, né le 7 vendémiaire de l'an X à Bresdon, qui épousa, le 10 juillet 1826, audit lieu, Magdeleine Forget, fille de Jean, propriétaire, et de Marie Arramy. De leur union, ils eurent :

                              1. Pierre, qui suit.
                              2. Célestin, propriétaire à Verdille, né le 4 octobre 1830 à Bresdon.
                              3. Casimir Michel, né le 13 août 1834 à Bresdon.
                              8. — SEBILLEAU (Pierre), né le 19 juillet 1827 à Bresdon, qui épousa 1°) Oralie Martin, puis, veuf, 2°) le 29 mars 1864, à Bresdon, Florentine Legeron, fille de François, propriétaire, et de Marie Dagneau. De leur union, ils eurent :
                              1. Marie-Élodie, née le 1er mai 1866 à Bresdon.

                              § VIII.

                              5. — SEBILLEAU (Michel), marchand à Chez Merlet, fils d'Antoine et d'Anne Bastier (4e degré, § V.),  né vers 1730 et décédé le 23 novembre 1815 à Bresdon, avait épousé, le 2 juillet 1759, à Siecq, Jeanne Angélique Gautier. De leur union, ils eurent :
                              1. Michel, qui suit.
                              2. Jeanne Angélique, née et baptisée le 10 mars 1763 à Bresdon.
                              3. Magdeleine, qui épousa, le 21 février 1791, à Bresdon, Pierre Bouhier, marchand, fils de feu Pierre et de Marie Delaruelle, de la paroisse de Coulonges.
                              4. Marguerite, qui épousa, le 14 février 1792, à Bresdon, Jean Barrit, fils de Louis, cultivateur à Lussault, et de Marie David, avec dispense de consanguinité au 3ème degré.
                              5. Anne, née le 2 janvier 1766 et baptisée le lendemain à Bresdon, qui mourut le 12 mars 1780 et qui fut inhumé le lendemain audit lieu.
                              6. Joseph, né le 25 mai 1767 et baptisé le même jour à Bresdon.
                              7. Anne, née le 16 septembre 1768 et baptisée le même jour à Bresdon, qui eut pour parrain et marraine Antoine Sebilleau, marchand à Vinerville, et Anne Sebilleau.
                              8. Jean Joseph, né le 29 mars 1772 et baptisé le même jour à Bresdon.
                              9. Marie, née le 21 juillet 1774 et baptisée le lendemain à Bresdon.
                              10. Jean, baptisé le 25 mars 1776 à Bresdon.
                              11. Charles Aubin, né et baptisé le 1er mars 1781 à Bresdon, qui épousa, le 16 janvier 1809, à Siecq, Jeanne Angélique Sebilleau, fille de Jean et de Françoise Gautier (5e degré, § IX.).
                              6. — SEBILLEAU (Michel),  né et baptisé le 17 septembre 1761 à Bresdon, mourut le 24 avril 1828 au même lieu. Il y avait épousé, le 21 février 1791, Marie Bouhier, fille de feu Pierre et de Marie Delaruelle, de la paroisse de Coulonges, dont il eut :
                              1. Marie, née vers 1795 et décédée le 23 juillet 1833 à Bresdon, avait épousé Jean Boucherie.
                              2. Magdeleine, née vers 1796 et décédée le 23 septembre 1832 à Bresdon, qui avait épousé Michel Boucherie.
                              3. Michel, né vers 1797 et mort le 17 fructidor de l'an XI à Bresdon.

                              § IX. branche de Siecq

                              5. — SEBILLEAU (Jean), propriétaire, fils d'Antoine et d'Anne Bastier (4e degré, § V.) baptisé le 24 janvier 1730 à Bresdon et mort le 24 janvier 1826 à Siecq, avait épousé, le 2 juillet 1759, à Siecq, Françoise Gautier. Demeurant à la Bistandille, commune de Siecq, il achetait, le 17 frimaire de l'an IX devant Sebilleau, notaire à Saint-Jean-d'Angély, la métairie du Pouzat de Chives, à Louis-Charles Antoine Ponthieu, ruiné par la suppression des droits féodaux, et pour la somme de 18.000 francs. En 1830, la métairie du Pouzat appartenait à Charles Sebilleau2, son gendre. De son union, il eut :
                              1. Jean, qui suit.
                              2. Marie, baptisée le 25 juin 1761 à Siecq, qui avait épousé, le 4 février 1788, audit lieu, Jean Sebilleau, fils de Jean et de Suzanne Charpentier (5e degré, § III.). Elle mourut le 28 mars 1839 au Moulin-Neuf, à Mons.
                              3. et sa jumelle Magdeleine, baptisée le même jour audit lieu, qui avait épousé, le 4 février 1788, audit lieu, Pierre Sebilleau, fils de Jean et de Suzanne Charpentier (5e degré, § III.). Elle mourut le 17 frimaire de l'an V, au Moulin-Neuf, commune de Mons, probablement des suite de sa dernière couche.
                              4. Angélique, baptisée le 27 octobre 1762 à Siecq et inhumée le 27 août 1763 audit lieu.
                              5. Jeanne Angélique, baptisée le 1er mai 1764 à Siecq, qui épousa, le 16 janvier 1809, audit lieu, Charles Sebilleau, fils de Michel et de Jeanne Angélique Gautier (5e degré, § VIII.).
                              6. Pierre, baptisé le 19 juin 1766 à Siecq, qui épousa, le 12 nivôse de l'an XII, à Beauvais-sur-Matha, Marie-Louise Pineau, fille de Louis et de Marie Charrier. De leur union, naquirent : a) Marie-Angélique, née le 22 frimaire de l'an XIII à Beauvais-sur-Matha, qui épousa, le 12 novembre 1827, audit lieu, Jean Baron, propriétaire à Gourvillette, fils de Jean, négociant, et de Marie Devezeau. b) Marguerite Claire, née le 29 juin 1806 à Beauvais-sur-Matha et décédée le 26 mai 1878 au même lieu, y avait épousé, le 19 janvier 1824, Maurice Pineau, fils de François et de Marie Micheau. c) Marie-Louise, née le 24 février 1809 à Beauvais-sur-Matha et décédée le 23 juin 1832 au même lieu.
                              7. Michel, baptisé le 1er mai 1768 à Siecq, qui décéda le 2 janvier 1779 et qui fut inhumé le lendemain à Bresdon, en présence de son père et d'Antoine Sebilleau, son oncle.
                              8. Marie-Magdeleine, baptisée le 12 juin 1770 à Siecq et décédée le 4 décembre 1818 au même lieu, qui avait épousé, le 15 pluviôse de l'an II, à Siecq, Jacques Lhoumeau, fils de feu Jacques et de Magdeleine Josiat.
                              9. Anne, baptisée le 29 novembre 1771 à Siecq.
                              6. — SEBILLEAU (Jean), cultivateur, baptisé le 2 juin 1760 à Siecq et décédé le 21 novembre 1847 audit lieu, y avait épousé, le 15 pluviôse de l'an II, Angélique Lhoumeau, fille de feu Jacques et de Magdeleine Josiat, en présence de Pierre Sebilleau, son beau-frère, et de Michel Barré, son cousin issu de germain. De leur union, ils eurent :
                              1. Jean, né le 22 brumaire de l'an III en la maison de sa grand-mère maternelle, à Siecq, mourut le 12 mars 1870 au même lieu. Il avait épousé Marie Viaud.
                              2. Pierre, qui suit.
                              3. Angélique, née le 22 fructidor de l'an VII à Siecq et décédée le 8 septembre 1886 à Saint-Ouen, qui avait épousé, le 17 janvier 1825, en cette dernière commune, Pierre Sebilleau, fils d'Antoine et d'Anne Sebilleau (6e degré, § II.).
                              4. Michel, né le 9 pluviôse de l'an XII, à Siecq et mort le 26 avril 1871 au même lieu, qui avait épousé, le 3 mars 1834, audit lieu, sa cousine Magdeleine Lhoumeau, fille de Jacques et de feue Magdeleine Sebilleau. De leur union, ils eurent : a) Michel, propriétaire à la Bistandile, né le 16 février 1835 à Siecq.
                              5. Magdeleine, née le 30 juin 1813 à Siecq.
                              7. — SEBILLEAU (Pierre), propriétaire, né le 3 floréal de l'an V à Siecq et mort le 3 novembre 1871 audit lieu, qui avait épousé, le 17 janvier 1825, à Saint-Ouen, Anne Sebilleau, fille d'Antoine et d'Anne Sebilleau (6e degré, § II.). De leur union, ils eurent :
                              1. Pierre, qui suit.
                                1. Anne, née le 22 février 1830 à Siecq et décédée le 17 mars 1834 au même lieu.
                                2. autre Anne, née le 26 avril 1835 à Siecq et décédée le 24 septembre 1848 au même lieu.
                                8. — SEBILLEAU (Pierre), propriétaire à la Bistandile, né le 30 janvier 1828 à Siecq, qui épousa, le 21 mai 1855, à Bresdon, Marie Sebilleau, fille d'Antoine et de feue Marie Graud (7e degré, § II.). De leur union, ils eurent :
                                1. Marie-Honorine, née le 10 avril 1856 à Siecq, qui épousa, le 23 septembre 1878, audit lieu, Paul Ulysse Méchain, fils de Jean-Paul, propriétaire, et d'Héloïse Favreau.
                                2. Pierre, né le 7 février 1858 à Siecq, qui décéda le même jour à l'âge de 2 heures.

                                § X. branche de Bel-Air

                                4. — SEBILLEAU (Jean)fils d'Antoine et d'Andrée Contré (3e degré, § V.), baptisé le 7 avril 1692 à Bresdon, mourut le 8 octobre 1761 et fut inhumé le lendemain audit lieu, en présence d'Antoine et de Jean Sebilleau, ses frères, et de Jean, son fils. Il avait épousé, par contrat du 29 août 1718 à la Faye, Jeanne Bastier, fille de Jacques et de Marie Gresson. De leur union, naquirent :
                                1. Jean, baptisé le 2 septembre 1719 à Bresdon.
                                2. Magdeleine, baptisée le 21 octobre 1721 à Bresdon.
                                3. Michel, baptisé le 15 mars 1724 à Bresdon.
                                4. Anne, qui épousa, le 11 février 1770, à Bresdon, Jean Boucherie, fils de Pascal et de feue Marie Henriette Courjaud, en présence de Pierre Sebilleau, son parent, et d'Antoine Sebilleau, son cousin germain.
                                5. Jean, né le 12 décembre 1731 et baptisé le lendemain à Bresdon.
                                6. Jean, qui suit.
                                7. Marguerite, baptisée le 9 novembre 1739 à Bresdon.
                                8. Pierre.
                                5. — SEBILLEAU (Jean), dit Bel-Air, baptisé le 14 juillet 1734 à Bresdon et décédé le 4 mars 1810 audit lieu, qui avait épousé, le 5 février 1776, à Louzignac, Marie Parenteau, née vers 1745 et inhumé le 1er juin 1785 à Bresdon. De leur union, ils eurent :
                                1. Marie, baptisée le 20 janvier 1768 à Bresdon, qui avait épousé, le 2 pluviôse de l'an II, audit lieu, Pierre Sebilleau, cultivateur, adjoint à la commune de Bresdon, fils d'Antoine et de Marie Martin.
                                2. Anne, baptisée le 13 décembre 1769 à Bresdon, qui épousa, le 2 pluviôse de l'an II, audit lieu, Antoine Sebilleau, cultivateur au Revierre de Saint-Ouen, fils d'Antoine et de Marie Martin.
                                3. Pierre Jean Sebilleau, cultivateur à Chez Merlet, baptisé le 3 décembre 1771 à Bresdon, qui épousa, le 2 pluviôse de l'an II, audit lieu, Marie-Marguerite Sebilleau, fille d'Antoine et de Marie Martin.
                                4. Pierre, qui suit.
                                5. Marie, née vers 1766 à Verdille et décédée le 22 otobre 1832 à Bresdon, qui avait épousé 1°) Jean Sebilleau, puis 2°) Antoine Sebilleau.
                                6. — SEBILLEAU (Pierre), dit Bel-Air, propriétaire à Chez Merlet, baptisé le 25 septembre 1783 à Bresdon et décédé le 25 juin 1846 audit lieu, avait épousé Marie-Magdeleine Martineau, dont il eut :
                                1. Marie, née le 13 février 1814 à Bresdon, qui épousa, le 16 juillet 1839, audit lieu, Alexis Sebilleau, propriétaire à Chez Merlet, né vers 1818, fils d'Alexis et de Marie Boucherie (7e degré, § VI.).
                                2. Magdeleine Louise, née le 18 janvier 1816 à Bresdon, qui épousa, le 16 juillet 1839, audit lieu, Michel Félix Sebilleau, fils d'Alexis et de Marie Boucherie (7e degré, § VI.). Elle mourut le 3 mai 1890 à Saint-Ouen.
                                3. Marie-Anne, née le 22 janvier 1819 à Bresdon.

                                § XI. branche de Fontaine-Chalendray

                                4. — SEBILLEAU (Michel)3, marchand au bourg de Fontaine-Chalendray, né vers 1700 et inhumé le 3 octobre 1772 dans l'église de Fontaine-Chalendray, fils d'Antoine et d'Andrée Contré (3e degré, § V.), avait épousé, le 15 juillet 1726, à Fontaine-Chalendray, Marie Griffon, née vers 1708 et inhumée  le 29 mars 1776 au devant de la porte principale de l'église de Fontaine-Chalendray. De leur union, naquirent :
                                1. Jean, baptisé le 28 mars 1727 à Fontaine-Chalendray, qui fut inhumé le 10 mars 1782 audit lieu, à l'âge de 54 ans, en présence notamment de Pierre Sebilleau, notaire royal, son frère.
                                2. Marie, baptisée le 28 janvier 1730 à Fontaine-Chalendray.
                                3. Michel, qui suit.
                                4. Pierre, rapporté en § XII.
                                  1. autre Jean, baptisé le 5 septembre 1740 à Fontaine-Chalendray et inhumé le 23 janvier 1766 audit lieu.
                                  2. autre Marie, baptisée le 24 septembre 1743 à Fontaine-Chalendray.
                                  3. Antoine, baptisé le 22 février 1748 à Fontaine-Chalendray.
                                  4. François, rapporté en § XIII.
                                    5. — SEBILLEAU (Michel), marchand, baptisé le 1er avril 1735 à Fontaine-Chalendray, qui épousa, le 16 juillet 1767, audit lieu, Marie-Anne Léger, fille de feu Nicolas, procureur fiscal dudit comté de Fontaine, et de Marguerite de Bourdeau. De leur union, naquirent :
                                      1. Marguerite Élisabeth, baptisée le 25 juillet 1768 à Fontaine-Chalendray, qui mourut le 23 octobre 1823 audit lieu. Elle avait épousé Jacques de Bourdeau.
                                      2. Pierre, baptisé le 29 juin 1769 à Fontaine-Chalendray, qui eut pour parrain et marraine Pierre Sebilleau, notaire royal et procureur au comté de Fontaine, et Marie Sebilleau. Il décéda le 6 mars 1785 et fut inhumé le lendemain à Fontaine-Chalendray.
                                      3. François, né et baptisé le 1er février 1771 à Fontaine-Chalendray.
                                      4. Marie-Magdeleine, née le 31 mai 1773 et baptisée le lendemain à Fontaine-Chalendray, qui épousa, le 17 messidor de l'an XI, audit lieu, Pierre Augustin Bizet, notaire à Brioux-sur-Boutonne (Deux-Sèvres), fils d'Augustin et d'Élisabeth Courtin.
                                      5. Marie-Julie, née le 15 juillet 1775 et baptisée le lendemain à Fontaine-Chalendray.
                                      6. Jean, qui suit.
                                        6. — SEBILLEAU (Jean), marchand et propriétaire-agriculteur, né le 10 juillet 1778 et baptisé le 12 dudit mois à Fontaine-Chalendray, qui épousa, 1°) le 13 floréal de l'an X, audit lieu, Victoire Quantin, fille de feu Paul, aubergiste à Saint-Jean-d'Angély, et de Marguerite Espagnou-Dezille, puis 2°) le 22 juin 1807, à Aulnay, Bénigne Pélagie Salmon, fille de Jean-Jacques, chirurgien, et d'Angélique Espagnou-Dezille. De ses unions, naquirent :
                                        1. Pierre Paul, du premier lit, décédé le 10 ventôse de l'an XI audit lieu.
                                        2. Jean Samuel Victor, propriétaire et maire de Fontaine-Chalendray, y naquit vers 1805 et y mourut le 20 juin 1859. Il avait épousé Marguerite Euphrosine Loiseau. De leur union, ils eurent : a) Télèphe, né le 2 septembre 1830 à Fontaine-Chalendray et décédé le même jour au même lieu. b) Jean Victor Amédée, né le 11 février 1832 à Fontaine-Chalendray, fut conseiller général de la Charente-Inférieure.
                                        3. Jean-Adolphe du second lit, né le 7 mai 1808 à Fontaine-Chalendray et décédé le 25 juin 1814 au même lieu.
                                        4. Julie Henriette, née le 1er juin 1810 à Fontaine-Chalendray, qui épousa, le 25 juillet 1842, audit lieu, Benjmin Delestang.
                                        5. Bégnine Rose Irma, née le 23 avril 1812 à Fontaine-Chalendray et décédée le 29 novembre 1830 audit lieu.
                                        6. Henriette Pélagie, née le 4 novembre 1815 à Fontaine-Chalendray.

                                        § XII.

                                        5. — SEBILLEAU (Pierre), fils de Michel et de Marie Griffon (4e degré, § X.), baptisé le 7 février 1738 à Fontaine-Chalendray et décédé le 9 nivôse de l'an XIII à Saint-Jean-d'Angély, y fut notaire royal. Il avait épousé, le 9 février 1784, à Chef-Boutonne (Deux-Sèvres), Louise Lefèvre, née vers 1752 à Chef-Boutonne et décédée le 10 septembre 1809 à Fontaine-Chalendray, fille de Claude, marchand, et de Jeanne Marboeuf. De leur union, ils eurent :
                                        1. Magdeleine Louise Adélaïde, née le 15 décembre 1784 et baptisée le lendemain à Fontaine-Chalendray, qui mourut le 25 août 1789 et qui fut inhumé le lendemain audit lieu.
                                        2. Pierre, né et baptisé le 9 février 1786 à Fontaine-Chalendray, qui était chasseur au 2e régiment des chasseurs à pied de la garde impériale lorsqu'il mourut le 31 mars 1807 à l'hôpital de Thorn.
                                        3. Claude Maixent, qui suit.
                                        4. Marie-Radégonde, née le 7 septembre 1788 et baptisée le lendemain à Fontaine-Chalendray, qui épousa, le 20 août 1810, audit lieu, Jean-Étienne Épagnou-Dézille, né vers 1788, directeur de la poste aux lettres de Saint-Jean-d'Angély, fils de Jean, juge de paix du canton de Matha, et de Catherine Moreau.
                                        6. — SEBILLEAU (Claude Maixent), né le 22 juin 1787 et baptisé le lendemain à Fontaine-Chalendray. Il avait épousé, le 21 octobre 1816, à Saint-Jean-d'Angély, Magdeleine Euphémie Jouslain, fille de Pierre André, notaire royal, et de Madeleine Sébastienne Hillairet, dont il eut :
                                        1. Marie-Sophie Euphémie, née le 1er novembre 1817 à Saint-Jean-d'Angély et morte le 13 mai 1882 au même lieu, qui avait épousé Claude Paul Fèvre.
                                        2. Magdeleine Héloïse, née le 30 mars 1819 à Saint-Jean-d'Angély.


                                        § XIII.

                                        5. — SEBILLEAU (François), fils de Michel et de Marie Griffon (4e degré, § X.), baptisé le 28 juillet 1750 à Fontaine-Chalendray et décédé le 23 nivôse de l'an XIII audit lieu, qui avait épousé, le 16 septembre 1783, audit lieu, Marie-Radégonde Merveilleux, fille de Pierre, greffier de Fontaine, et de Marie-Anne Bérard, en présence de Pierre Sebilleau, notaire royal, son frère, et de Magdeleine Sebilleau, veuve Bastard, sa cousine germaine. De leur union, ils eurent :
                                        1. Marie-Magdeleine, née et baptisée le 25 avril 1787 à Fontaine-Chalendray et morte le 25 novembre 1859 audit lieu, y avait épousé, le 28 août 1815, François Benjamin d'Hersiat.
                                        2. Jacques Alexandre, né et baptisé le 14 décembre 1788 à Fontaine-Chalendray.
                                        3. François Nicolas, qui suit.
                                        4. Geneviève, née le 22 juin 1796 à Fontaine-Chalendray et décédée le 24 janvier 1860 au même lieu, qui y avait épousé, le 6 mai 1818, Jean Benjamin Maixent Corbineau, propriétaire à Fontaine-Chalendray.
                                        6. — SEBILLEAU (François Nicolas), propriétaire à Aulnay, né le 15 février 1791 et baptisé le 17 dudit mois à Fontaine-Chalendray, qui mourut le 27 septembre 1867 audit lieu. Il y avait, le 23 avril 1822, épousé Madeleine Radégonde Nancy Maillefer. De leur union, ils eurent :
                                        1. François Edouard, qui suit.
                                        2. Alexandre Maixent, né le 21 juin 1826 à Aulnay, qui fut notaire à Angoulême puis au bourg d'Aunac (Charente), et enfin maire de cette dernière commune. Il avait épousé, le 6 janvier 1852, à Angoulême, Marie Julie Jamain, fille de Nicolas, notaire honoraire à Angoulême, et de Françoise Heureuse Bourbon. De leur union, ils eurent : a) Marie-Louise, née vers 1853 à Aunac, qui épousa, le 30 mai 1882, à Aunac, Jean-Marie Maumin. b) Charles, né vers 1857.
                                        7. — SEBILLEAU (François Edouard), né le 14 septembre 1823 à Aulnay et décédé le 2 décembre 1874 à Rochefort, avait épousé, le 19 novembre 1851, à Fontaine-Chalendray, Marie-Sophie Joséphine Appollonie Corbineau. De leur union, naquirent :
                                        1. Edouard Marie Abel, qui suit.
                                          1. François Marie Georges, né le 4 septembre 1855 à Fontaine-Chalendray.
                                          8. — SEBILLEAU (Edouard Marie Abel)né le 16 novembre 1852 à Fontaine-Chalendray, fut avoué licencié près le tribunal civil à Rochefort. Il publia, Des sources du droit romain : De la confection, de la promulgation et de la publication de la loi, en droit français (1883, imprimerie Thèze, Rochefort). Il avait épousé, le 4 septembre 1878, à Rochefort, Berthilde Marie-Eugénie Adolphine Boucheron, fille de Jacques Prosper, propriétaire à Port-d'Envaux, et de Marie Auguste Alliez. De leur union, ils eurent :
                                          1. Andrée Marie Charlotte, née le 4 juillet 1879 à Rochefort, qui épousa, le 20 juin 1899, audit lieu, Albert Aimé Georges Barat.
                                          2. Edouard Marie Léonce, né le 26 novembre 1882 à Rochefort, qui était médecin major de 2e classe au 3e régiment d'Infanterie coloniale lorsqu'il fut reçu Chevalier de la Légion d'Honneur, par décret du 12 juillet 1929. Il avait fait ses études préliminaires pour 4 années à l'école d'apprentissage du service de santé des troupes coloniales, et en sortit le 1er février 1907 en qualité d'aide major de 2e classe. Il servit dans le 1er régiment d'artillerie coloniale puis fut désigné l'année suivante pour servir en Guinée. En qualiité d'aide-major de 1ère classe, il servit au Sénégal puis en Afrique Équatoriale françaie, jusqu'en 1913. Le 23 juin 1913, il fut élevé au grade de médecin-major de 2e classe, servant alors au Gabon. Dans le 7e régiment d'infanterie coloniale en 1915, il fut désigné pour l'A.O.F., et arriva à Dakar le 3 octobre 1917. Il fut rapatrié le 1er mai 1920 et mourut le 20 décembre 1928 à Marseille.
                                          3. Louis Adolphe Léonce, né le 14 juin 1885 à Rochefort, qui était inspecteur général des succursales de la banque de France lorsqu'il fut reçu Chevalier de la Légion d'Honneur, par décret du 19 janvier 1936. Il mourut le 3 octobre 1955 à Paris-14e. Il avait épousé, le 29 novembre 1922, à Paris-6e, Lucienne Andrée Ancelet.



                                          1Petite étude sur Chives de ses habitants, Joseph-Antoine Maynard, 1931, p. 21.
                                          2idemp. 21
                                          3— la filiation de Michel et de son frère Pierre est donnée par Laurent Sebilleau.